Ballon H Cup
- | AFP / THIERRY ZOCCOLAN

BT et Sky discutent pour la future Coupe

Publié le , modifié le

Après une réunion cette semaine jugée constructive y compris par les clubs anglais, une autre bonne nouvelle arrive pour les futures Coupes d'Europe. Selon le Daily Telegraph, les diffuseurs britanniques British Telecom (qui a signé un accord avec la Ligue anglaise) et Sky (qui détient les droits auprès de l'ERC) seraient entrés en négociations. Or, c'est l'un des noeuds principaux d'un conflit qui dure maintenant depuis plusieurs mois.

Une réunion "constructive", des diffuseurs qui discutent, les Coupes d'Europe seraient-elles sur le point de sortir de l'ornière ? Il semble que ce soit le cas, surtout si l'on se fie aux révélations du Daily Télégraph qui, dans son édition du jour, évoque des contacts entre Bristish Telecom et Sky en vue de trouver un accord pour la diffusion des épreuves européennes. La question des droits télévisuels constitue pour le moment la principale  pierre d'achoppement dans les négociations sur le futur des compétitions:  l'ERC, organisateur des tournois actuels, a signé un contrat avec Sky tandis  que les clubs anglais ont dans le même temps paraphé un accord avec BT qui lui  offre l'exclusivité pour leurs matches sur la scène continentale. C'était le point de départ de la fronde des clubs anglais et français, puis de leur décision de créer une nouvelle compétition.

Selon The Telegraph, le président de la Fédération anglaise (RFU) Ian  Ritchie joue depuis deux jours le rôle d'intermédiaire entre BT et Sky pour  tenter de trouver une issue à l'impasse. "Jeudi soir, les négociations se poursuivaient pour décider quelle part  aurait chaque diffuseur dans le nouveau contrat, mais la répartition des  matches impliquant les clubs anglais sera certainement la clé de voûte d'un  accord", souligne le quotidien britannique. The Telegraph, qui évoque des "négociations avancées", rappelle toutefois  le caractère exacerbée de la rivalité entre les deux opérateurs depuis que BT a  remporté les droits d'une partie du championnat de football anglais en juin  2012.

Un compromis entre les deux parties éviterait de nombreux  rebondissements devant les tribunaux et ouvrirait grand la porte à la tenue des  compétitions l'an prochain. Vendredi, le représentant des clubs anglais (PRL) Peter Wheeler affichait  un optimisme prudent, estimant qu'il serait "difficile et délicat" de concilier  les intérêts des deux diffuseurs. "Il semble évident que le plus gros problème repose sur le fait qu'il y a  deux accords avec des conditions différentes et avec deux chaînes de  télévision. La plupart des autres sujets semble en voie de règlement mais ce  problème est énorme. C'est quelque chose de très compliqué et délicat", a ainsi déclaré le directeur exécutif de Leicester.