Stade Français-Bath
Les Parisiens et les Anglais de Bath ont livré un match acharné | Maxppp - Denis TRASFI

Challenge européen: le Stade Français se qualifie pour la finale au bout du suspense

Publié le , modifié le

Le Stade Français s'est qualifié pour la finale du challenge européen après sa victoire sur le fil devant les Anglais de Bath (28-25) dimanche en demi-finale à Jean-Bouin. Les Parisiens qui ont fait l'essentiel de la course en tête, ont connu un passage à vide à l'heure de jeu, laissant Bath revenir dans la partie. Alors qu'on se dirigeait vers une prolongation à 25 partout, un drop de Jules Plisson redonnait l'avantage aux Franciliens. A l'ultime seconde, le buteur John Ford manquait la pénalité de l'égalisation. En finale, le Stade Français rencontrera le 12 mai prochain à Edimbourg, d'autres Anglais, ceux de Gloucester, qui ont éliminé la Rochelle la veille.

Ce fut un match couperet comme on les aime. Avec une alternance de temps forts de chaque côté, de l'engagement, un âpre combat, et deux défenses rugueuses, avec en corollaire des fautes au sol et de ballons perdus. Mais avec aussi de la pression, de la tension et une incertitude que les Parisiens ont su dompter pour obtenir un succès qui va leur faire beaucoup de bien dans une saison au cours de laquelle ils ont traversé bien des pérégrinations.

Les Parisiens se font peur

Tous les spécialistes annonçaient un match ouvert pour cette demi-finale, et cela s'est vérifié. Les joueurs parisiens, appliqués dans les duels et justes techniquement, ont longtemps pu s'appuyer sur une défense disciplinée pour annihiler les attaques anglaises. Ce sont eux d'ailleurs qui, durant une grosse partie de la rencontre, ayant montré les meilleures intentions, semblaient sur une dynamique intéressante, après avoir  inscrit un premier essai par Doumayrou puis contrôlé le score au pied par Plisson (11-6 à la pause). Un deuxième essai de ce même Plisson à l'entame de la deuxième période donnait un avantage un peu plus conséquent pour les Parisiens. Mais au fil des minutes, leur jeu se délitait et devenait plus brouillon. Ils se trouvaient alors en grosses difficultés en mêlées, et se faisaient ratisser des ballons dont les Anglais faisaient alors meilleur usage, inscrivant trois essais par Rokoduguni, Fruean, et Stooke en sept minutes. 

Le vent semblait avoir tourné et les hommes de Quesada se trouvaient en mauvaise posture. Jusqu'à cette réaction des Parisiens: un ballon récupéré et une relance conclue par une magnifique course en solitaire du deuxième ligne Pyle (78e 25-25). Dans la foulée, Plisson, homme du match, inscrivait le drop de la délivrance. Avec cette victoire arrachée au mental, le Stade Français a confirmé qu'il est reparti de l'avant depuis le projet de fusion abandonné avec le Racing 92.

Christian Grégoire