Benoit august biarritz
Benoît August (Biarritz) | AFP

Biarritz et Brive doivent confirmer

Publié le , modifié le

Tous deux vainqueurs à l'extérieur lors de la précédente journée, Biarritz et Brive se doivent de confirmer jeudi à domicile lors du quatrième épisode du Challenge européen, respectivement face à Worcester et Bucarest.

Basques et Corréziens ouvriront le bal de cette journée avec pour mission  d'entretenir les chances françaises dans la compétition, jusque-là plutôt  dominée par les clubs anglais qui occupent la tête des cinq poules. Le BO (poule 1) s'est relancé la semaine dernière avec sa victoire (19-15)  à Worcester, combinée à la défaite de Sale à Oyonnax (16-10). Un point sépare  les deux équipes et les Basques ont l'occasion de reprendre la main avant que  les Sharks ne reçoivent vendredi les hommes de Christophe Urios. Brive (poule 3) poursuit de son côté son coude à coude avec Newcastle (10  pts chacun). Le CAB a peiné pour s'imposer dans la capitale roumaine (18-13) la  semaine dernière mais cela a suffi à son bonheur. Il ne faudrait donc pas tout gâcher et si possible prendre le bonus, face à  des Loups qui se sont jusque-là montrés très accrocheurs. Les Brivistes  joueront ensuite leur va-tout chez les Falcons lors de la 5e journée en janvier.

Il reste un filet d'espoir à Bordeaux-Bègles (poule 2), à condition de  l'emporter jeudi avec le bonus contre les Gallois de Newport, à Moga. Mais la  tâche sera ardue car le leader Bath compte 9 points d'avance avant de recevoir  les Italiens de Mogliano samedi. Bayonne (poule 4) se devra aussi d'engranger samedi à Jean-Dauger contre  Viadana. L'Aviron compte quatre longueurs de retard sur les London Wasps qui  accueillent dimanche une équipe de Grenoble quasiment hors-course. Ce sera enfin l'heure de la revanche pour le Stade Français, battu sur le  terrain des London Irish dimanche dernier (24-13). A Jean-Bouin, les Parisiens  devront impérativement l'emporter samedi pour ne pas se laisser décrocher par  leurs rivaux. Une nouvelle défaite signerait à l'inverse la fin probable de  leurs espoirs de qualification.  

AFP