Bayonne, Grenoble
Les Bayonnais à l'offensive face à Grenoble | Chopin Jean Daniel/MAXPPP

Bayonne se soigne, le BO empire

Publié le , modifié le

Derniers du Top 14, Bayonne et Biarritz ont connu des destins opposés lors de la 1ère journée d'Amlin Cup. L'Aviron a "fessé" Grenoble (37-6) pendant que son voisin basque connaissait une nouvelle désillusion à Sale face à des Sharks sans pitié (33-10). A Jean-Bouin, le Stade Français s'est amusé des Portugais de Lisbonne (61-3).

Même l'Europe ne réussit plus à Biarritz: le BO, vainqueur de l'épreuve en 2012 mais triste lanterne rouge du Top 14, a enregistré chez les Anglais de Sale sa 9e défaite de la saison, dont huit consécutive. Les Basques ont fait jeu égal avec les Sharks pendant dix minutes (3-3), avant que Joe Ford ne passe un drop, deux pénalités et deux transformations pour un essai de pénalité et un autre d'Ostrikov. Mené 26-3, Biarritz a sauvé l'honneur avec un essai de Van Staden. Bien peu, alors que les protégés du président Blanco pointent à 9 points du premier non relégable en Championnat. En alignant de nombreux jeunes sur la pelouse du club anglais pouvaient-ils espérer mieux?

Remède européen pour Bayonne

Leurs voisins basques ont esquissé un début de réponse. Au coup d'envoi d'un duel 100% français avec Grenoble, Lanta et Deylaud avaient choisi d'envoyer au front leur meilleur XV. Une décision heureuse. Malmené en Top 14 où il restait sur une lourde défaite à Bordeaux-Bègles, l'Aviron s'est remobilisé et n'a fait qu'une bouchée d'une équipe de Grenoble remaniée. Septièmes du Championnat, les Isérois ont fait tourner. A la pause, la messe était dite (23-6) avec deux essais bayonnais d'Arganèse et de Gerber sur une superbe relance de 80 mètres initiée par un Spedding encore une fois intenable. Dans le second acte, Ugalde et Fonua allaient eux aussi à dame pour une victoire confortable et bonifiée. Reste à rééditer le même genre de prestation à Jean-Dauger dans deux semaines face à Montpellier. Une autre histoire.

Paris sans pitié

Sur son livre personnel, le club de Lisbonne vient de noircir une nouvelle page. Engagés dans une coupe d'Europe de rugby pour la première fois, les Lusitanos, section de rugby amateur créée avec les meilleurs joueurs portugais évoluant au pays se souviendront longtemps de cette première sortie européenne. A Jean Bouin, ils n'ont résisté que 4 minutes avant d'encaisser un 1er essai, oeuvre de Cocagi. Huit autres ont suivi, entrecoupés à la 40e min par une pénalité de Pedro Cabal, auteur des premiers points de son équipe en Challenge européen, les seuls de la soirée. Finaliste de l'édition 2012-13 et en plein renouveau dans le Top 14, le Stade français a pris ce match au sérieux malgré le turnover effectué par Gonzalo Quesada.     

Jerome Carrere