Ducalcon Ecosse 2010
Luc Ducalcon | AFP - Lionel Bonaventure

Des Bleus à la sauce fidjienne

Publié le , modifié le

Ils seront cinq à jouer leur premier ou second match avec le XV de France contre les Fidji samedi à Nantes, en direct sur sport.francetv.fr. Cinq débutants à espérer réussir le match parfait à six mois de l'annonce du groupe pour la Coupe du monde. Les piliers Jerôme Schuster (0 sélection), et Luc Ducalcon (1), le centre Fabrice Estebanez (0), l'ailier Julien Arias (1) et l'arrière Jérôme Porical (1) vont sans doute participer au dernier bal des débutants.

"Ce groupe est constitué d'une majorité de joueurs pour qui on est certains qu'ils partiront avec nous à la Coupe du monde, qui sont avec nous depuis trois ans, qui nous ont donné satisfaction", a déclaré l'entraîneur Marc Lièvremont au moment de livrer sa liste avant de fixer les enjeux de la tournée d'automne. "Ensuite il y a quelques jeunes joueurs, des néo-cappés à fort potentiel qu'on a préférés à des joueurs plus confirmés", a-t-il ajouté. Exit donc les Toulousains Vincent Clerc, Jean-Baptiste Poux, Julien Fritz, Clément Poitrenaud, Louis Picamoles – alors que le Stade Toulousain domine le Top 14 et la Coupe d'Europe !-, le Clermontois Julien Malzieu, le Parisien Mathieu Bastareaud. Dans des conditions météo exécrables (pluie et vent, terrain lourd), les nouveaux venus doivent négocier un match piège face aux Fidjiens aussi imprévisibles que déroutants. Si la France est largement supérieure, notamment en conquête et en termes d'organisation collective, la manière sera capitale pour ces bleus de France. "La Coupe du monde, on y pense plus quand on est dans le groupe France mais avant cela il va falloir d'abord s'installer plus concrètement dans ce groupe," confirme Ducalcon.

"L'objectif est de s'imposer avec la manière ", souligne Lièvremont. Avec deux néophytes, trois joueurs à une sélection, sans le capitaine Thierry Dusautoir ni le centre Yannick Jauzion, la France alignera une équipe expérimentale. Le XV de départ sera commandé par le n°8 Imanol Harinordoquy, qui n'a jamais été capitaine en sélection, et la direction du jeu sera confiée à la paire de demis de Biarritz Dimitri Yachvili-Damien Traille. Ce dernier doit faire ses preuves au poste d'ouvreur quelques semaines seulement après avoir repris la compétition. L'idée d'utiliser sa carrure d'1m94 et 98 kg, la puissance de son coup de pied mais aussi son adresse de mains et son sens du jeu à l'ouverture n'est pas nouvelle. Parfois réussie (victoire en Afrique du Sud 36-26 et l'Argentine 27-26 en 2006), parfois catastrophique (trois défaites, deux face à la Nouvelle-Zélande 47-3 à Lyon et 23-11 la même année), Traille a une chance de prouver sa valeur.

Quid des Fidji? "On connaît leurs qualités individuelles. En termes de collectif, c'est toujours difficile à appréhender, c'est un peu fantasque et déroutant", souligne Lièvremont. Sur la pelouse qui les avait vus battre le pays de Galles en Coupe du monde (38-34), le Iliens ne savent pas eux ce qu'ils vont proposer. Le pire ou le meilleur. En effet, malgré leurs gabarits impressionnant comme le Racingman Jone Qovu et son 1,97 m pour 125 kilos, le paquet d'avants n'est pas le plus réputé, souffrant d'un déficit de technique individuelle et collective (mêlées, touches). En revanche, derrière, les ailiers et les centres sont réputés pour être particulièrement adaptés au rugby moderne, alliant vitesse et puissance et dotés d'appuis imprévisibles hérités du rugby à VII, variante laissant la part belle au jeu dans les espaces. Heureusement pour les Français, la composition d'équipe ne laisse des places qu'à deux centres, deux ailiers et un arrière.

Mathieu Baratas