Estebanez Equipe de France 11112010
Fabrice Estebanez à Marcoussis | AFP - Franck Fife

Dernier bal des débutants chez les Bleus

Publié le , modifié le

Ils seront cinq à jouer leur premier ou leur deuxième match avec le XV de France contre les Fidji, cinq à espérer réussir le match parfait à six mois de l'annonce du groupe pour la Coupe du monde. Les piliers Jerôme Schuster (0 sélection), et Luc Ducalcon (1), le centre Fabrice Estebanez (0), l'ailier Julien Arias (1) et l'arrière Jérôme Porical (1) savent qu'ils vont sans doute participer au dernier bal des débutants.

Didier Retière, entraîneur-adjoint chargé des avants, a signifié à Luc Ducalcon et Jérôme Schuster que la hiérarchie existait en première ligne où Nicolas Mas, Thomas Domingo, Fabien Barcella, avant sa blessure, et Jean-Baptiste Poux ont été jusqu'à présent les piliers de l'ère Lièvremont. "La Coupe du monde, on y pense plus quand on est dans le groupe France mais avant cela il va falloir d'abord s'installer plus concrètement dans ce groupe," dit Luc Ducalcon. "J'ai une belle opportunité ce week-end, il ne va pas falloir que j'en fasse trop non plus mais que je sois performant sur ce que je sais faire." Antillais d'origine, titulaire d'un BTS de maintenance industrielle, passé comme joueur de rugby par Narbonne et Castres, Luc Ducalcon, 26 ans, s'est forme en marge de la filière fédérale comme Jérôme Schuster, son cadet d'un an.

Ce dernier a cependant un avantage pour s'acclimater à Marcoussis, il est le cousin de Nicolas Mas, pierre d'angle de la première ligne française, et il est arrivé avec quatre autres Perpignanais. "Nous sommes cousin germains, nos mères sont soeurs donc c'est une affaire de famille", précise-t-il. Son seul regret est de ne pas jouer avec son cousin, que les sélectionneurs ont laissé au repos en prévision des matches contre l'Argentine et l'Australie. "Ça aurait été beau qu'on soit ensemble pour le club, pour la Catalogne, pour nos familles mais, bon, la tournée n'est pas finie", dit-il. "Tout est allé très vite. J'ai joué petit à petit avec mon club, j'ai eu de plus en plus de temps de jeu (18 titularisations en Top 14 et H Cup avec l'USAP-NDLR), j'arrive ici... Je sais d'où je viens et j'essaie de ne pas m'enflammer".

Fabrice Estebanez, néophyte des lignes arrières, aborde sa première sélection avec une belle assurance qui n'est pas sans rappeler la certitude de "devenir international en trois ans" qu'il avait affichée lors de son arrivée à Brive, en 2007, après une première vie d'international à XIII. Le titulaire du poste de premier centre qui sera le sien samedi n'est autre que Yannick Jauzion, patron rarement contesté des lignes arrières du Stade Toulousain et du XV de France. "Yannick Jauzion est Yannick Jauzion", dit Estebanez. "Fabrice Estebanez est une autre personne. Yannick est une référence à ce poste. Je ne suis pas similaire à lui. J'ai mes qualités et mes défauts. Lui aussi."

Jérôme Porical, titularisé au poste d'arrière dont les détenteurs habituels sont Clément Poitrenaud et Maxime Médard, a une approche plus modeste, peut-être parce qu'il a déjà été échaudé par sa première sélection lors de la défaite 41-13 face à l'Argentine, en juin dernier. "Il faut vraiment qu'on pense à la carte collective et ne pas se dire qu'individuellement on a quelque chose à prouver", dit-il. Le fait d'être le buteur attitré et souvent décisif de l'USAP pourrait lui donner l'occasion de briller mais il refuse de surjouer cette carte.
"Dimitri Yachvili est un buteur régulier mais je peux prendre des tentatives de près comme de loin", dit-il. "On n'en a pas encore trop parlé mais je pense que Dimitri commencera à buter. On a deux buteurs c'est un atout supplémentaire."

La concurrence est encore plus forte au poste d'ailier où Vincent Clerc, Julien Malzieu, Alexis Palisson et Maxime Médard proposent de nombreuses solutions aux sélectionneurs avec Marc Andreu déjà en embuscade. Pour Jimmy Arias, qui n'a porté le maillot bleu que 20 minutes, en Australie, en juin 2009, être à "Marcoussis est une grande émotion car on ne sait pas si on reviendra." "Ce n'est pas non plus une fin en soi, d'être là, de jouer en match et après de repartir à la maison. On a envie de partager un petit peu l'histoire de ce groupe." Pour l'ailier du Stade Français, comme pour Ducalcon, Schuster, Estebanez ou Porical, le verdict tombera dimanche au lendemain du match contre les Fidji lorsque Marc Lièvremont annoncera le groupe des 23 joueurs qui affronteront l'Argentine. Avec le retour de Thierry Dusautoir, Nicolas Mas, Julien Bonnaire, Yannick Jauzion, Aurélien Rougerie, Marc Andreu et Yoann Huget laissés au repos contre les Fidji, les places seront chères.