Coupes d'Europe - "Dialogues productifs", prochaine réunion le 8 octobre

Publié le , modifié le

Les actionnaires de l'ERC, la société organisatrice des Coupes d'Europe, ont convenu mardi de se retrouver le 8 octobre à Rome pour poursuivre leurs "dialogues productifs" sur un nouvel accord régissant les compétitions continentales, a annoncé l'ERC.

Lors d'une première réunion mardi à Dublin, "on a assisté à des dialogues productifs sur l'avenir du rugby des clubs en Europe, et tous les actionnaires sont déterminés à obtenir un consensus en vue d'un nouvel accord", a affirmé l'ERC dans un court communiqué. Contacté par l'AFP, un des participants a indiqué que cette réunion avait notamment été l'occasion d'"échanges sur la plate-forme" française, qui propose de réduire le nombre de clubs de 24 à 20 et un système de qualification uniformisé.

Ces propositions de réformes sportives ont reçu un accueil "globalement favorable" mais "le débat est à approfondir sur les aspects financiers et de gouvernance", a-t-on précisé de même source. Les actionnaires de l'ERC (ligues et fédérations des six nations majeures) ont entamé mardi la négociation d'un nouveau cadre d'organisation (formule, calendrier, gouvernance, répartition financière...) de la Coupe d'Europe et du Challenge européen pour prendre la suite des accords actuels, qui arrivent à échéance en 2014.

Cette négociation a été ouverte à la demande des organisations de clubs française (Ligue nationale de rugby) et anglaise (Premiership Rugby). Cette dernière a défié l'ERC mercredi dernier en annonçant la signature d'un contrat avec l'opérateur BT comprenant la diffusion des matches des équipes britanniques dans les compétitions européennes, au moment où l'ERC venait de reconduire son contrat avec Sky Sports.

Français et Anglais souhaitent réduire le nombre de clubs de 24 à 20, avec six équipes issues de la Ligue celtique au lieu de dix et que ces équipes soient qualifiées en fonction de leur classement (six premiers de la Ligue) et non en vertu de quotas nationaux comme actuellement.
Ils demandent aussi un changement dans la répartition financière (actuellement 25% pour la LNR, 25% pour Premiership Rugby et 12,5% chacun pour l'Ecosse, l'Irlande, l'Italie et le pays de Galles) en un système de "trois tiers" (33% pour chaque partie).

Romain Bonte