Félix Lambey avec le XV de France face à l'Ecosse
Félix Lambey et le XV de France se sont inclinés face à l'Ecosse, en préparation de la Coupe du monde 2019. | ANDY BUCHANAN / AFP

Mondial 2019 / Préparation : Le XV de France "a mis moins d'engagement que l'Ecosse"

Publié le , modifié le

Balayés les espoirs de la première victoire face à l'Ecosse... Le XV de France s'est incliné en Ecosse (17-14), samedi 24 août, au terme d'un match très décevant. Après la rencontre, Félix Lambey, Arthur Iturria et Thomas Ramos reconnaissaient une baisse de régime. Mais ne tirent pas pour autant la sonnette d'alarme.

Plus que le résultat, le contenu fait mal au casque. Après s’être montré entreprenant lors de sa première sortie en vue de la Coupe du monde, à Nice, déjà face à l’Ecosse, le XV de France a été méconnaissable. Une animation offensive sans aucun génie, des erreurs techniques qui n’ont eu de cesse d’être enchaînées… Les Bleus ont été très loin du compte.

à voir aussi Mondial 2019 : Brouillon, le XV de France s'incline en Ecosse (17-14) pour son deuxième match de préparation Mondial 2019 : Brouillon, le XV de France s'incline en Ecosse (17-14) pour son deuxième match de préparation

"Moralement, je ne pense pas qu’on soit touchés, on n’a pas pris une branlée… On a quand même été valeureux, mais nous sommes tombés sur plus forts que nous", commentait Arthur Iturria après le match. De son côté, Félix Lambey reconnaissait que "par rapport au match qu’on avait fait la semaine dernière, il y a quand même pas mal de déception."

 

Une "petite faille" dans le jeu au sol

Il faut dire que le deuxième ligne, à l’image des avants, a été mis en difficultés. Les Tricolores ont clairement perdu la bataille du jeu au sol, concédant de nombreux turn-overs. La faute à des soutiens souvent tardifs et moins agressifs. Lambey détaille : "On a beaucoup subi au contact, on a perdu pas mal de ballons. Ils nous ont bien pris dans les rucks. Ils avaient certainement remarqué qu’on avait une petite faille dans ce secteur-là." Et d'assumer : "On a mis moins d'engagement qu'eux dans ce match."

Ajoutez à cela une vingtaine de ballons perdus au cours de la rencontre. Forcément, il est compliqué dans ces conditions-là de mettre la main sur le match. Peu inspirés offensivement malgré l’emploi total des Fickou, Guitoune et Penaud pour avancer, les Bleus n’ont pas su passer outre une "agressivité défensive écossaise qui nous a posée plus de problèmes que la semaine dernière", analysait Thomas Ramos.

L’arrière regrettait également les approximations dans le jeu, empêchant de déborder la défense adverse : "Ça s’explique aussi par un surplus d’envie de jouer qui fait que, face à ces défenses qui montent fort, on est pris." Et Iturria de renchérir : "On est tombé sur une équipe revancharde. Ils nous ont plaqués très bas. On a malheureusement dégueulé beaucoup de ballons. Donc ce n'est pas évident de mettre notre jeu en place…"

Une défense "fiable"

L’Ecosse aussi a été prise par le pressing très agressif des Tricolores, permettant deux pertes de balles converties en essai par Damian Penaud. Le seul secteur satisfaisant avant d’affronter l’Italie, vendredi : "Je pense que notre défense a été plutôt fiable. On prend un essai en contre mais sinon, on a réussi à tenir le choc alors qu’on n’a pas eu beaucoup le ballon. […] Il faudra s’appuyer là-dessus pour essayer de tirer un peu de positif", détaillait Félix Lambey.

Mais le joueur du LOU se veut rassurant : "On ne fait pas un grand match aujourd’hui, c’est comme ça. Mais ça ne veut pas dire qu’on sera nul la semaine prochaine et qu’on fera une mauvaise Coupe du monde."

Maxime Gil gil_maxime_34