L'Irlande ne se rassure pas complètement face à la Russie

Publié le , modifié le

Auteur·e : Julien Lamotte
Peter O'Mahony Irlande Russie
Peter O'Mahony marque en force pour l'Irlande face aux Russes | Filippo MONTEFORTE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Battue par le Japon à la surprise générale, l'Irlande se devait de réagir face à la Russie à Kobe. Après une bonne entame, elle a quelque peu baissé de pied pour finalement s'imposer (35-0). Un succès qui replace le XV du Trèfle en tête de la Poule A mais qui n'efface pas tous les doutes.

La Russie en thérapie. Pour une équipe d'Irlande humiliée par le Japon (19-12) samedi dernier, l'opportunité de se refaire une santé morale face à un adversaire valeureux mais plus que limité tombait à point nommé. Les partenaires de Johnny Sexton, absent lors de la déroute face aux Nippons et promu capitaine, l'ont partiellement saisie. Et même s'il faudra plus que cette victoire pour cicatriser toutes les plaies, au moins l'Irlande s'est remise sur les bons rails. Ceux qui sont supposés la mener vers un quart de finale dantesque face aux All Blacks ou aux Springboks. 

Comme l'avait soufflé Keith Earls après la défaite contre le Japon, il s'agissait pour les Irlandais "de se regarder tous dans le blanc des yeux". Visiblement le message est passé en début de match. L'expérimenté Rob Kearney, dès la 2e minute, ne laissait pas le doute s'installer dans les crânes verts et aplatissait au terme d'une belle percée.  Puis Peter O'Mahoney, suivant un coup de pied parfaitement dosé de Sexton, offrait l'essai du break aux hommes de Joe Schmidt (14-0, 13e). Sans en rajouter, en s'appuyant sur des schémas extrêmement simples (une passe, une charge), les Irlandais se rassuraient. Un 3e essai, inscrit par Ruddock après une succession de percées au ras de la part des avants, confortait l'Irlande dans cet esprit (21-0 à la pause). 

La démonstration de force attendra 

La Russie, qui n'avait bien que son courage à opposer, tentait tant bien que mal de colmater les brèches. Elle y parvenait plutôt bien à la reprise et, même réduite à 14 après le carton jaune infligé à Ostrikov, elle poussait des Irlandais pas complètement conquérants à la faute. Gestion d'un résultat acquis depuis longtemps ou incapacité à accélérer ? Il faudra le demander à ces Irlandais encore convalescents et parfois étonnamment nerveux... Par bonheur pour eux, à l'heure de  jeu, Andrew Conway prenait à revers la défense des "Ours" et s'en allait offrir le point de bonus aux siens (28-0, 62e) avant que Ringrose ne parachève un succès incontestable (35-0, 76e) mais pas complètement convaincant.