La Coupe du monde au Japon a été la plus rentable de l'histoire

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Mêlée Afrique du Sud
La mêlée de l'Afrique du Sud a pris le dessus sur celle de l'Angleterre en finale de la Coupe du monde. | Kazuhiro NOGI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La Coupe du monde 2019 au Japon a été "l'une des plus grandes, voire la plus grande des Coupes du monde", a estimé mercredi le directeur général de World Rugby Brett Gosper dans un entretien à l'AFP, après la sortie d'un rapport d'audit.

Selon le rapport du cabinet d'audit financier EY, la Coupe du monde 2019 (20 septembre-2 novembre) a été la plus rentable de l'histoire, avec plus de 4 milliards d'euros de retombées économiques, 46.000 emplois créés ou conservés. Par comparaison, le Mondial-2015 en Angleterre n'avait rapporté 'que' 3 milliards.

"La Coupe du monde de rugby 2019 a été l'un des événements les plus rentables de l'histoire du sport japonais", estime également le rapport, qui précise que plus de 2 milliards d'euros ont été injectés au PIB du Japon. "C'est un héritage énorme: il y a eu une augmentation de la participation dans les écoles, un public plus jeune sur les médias sociaux et, à la télévision, 58 millions de personnes ont regardé le match entre l'Ecosse et le Japon (victoire 28-21 du Japon lors de la phase de poule, NDLR)", s'est félicité le directeur général de World Rugby Brett Gosper auprès de l'AFP.

à voir aussi Coupe du monde 2019 : La force de l'Afrique du Sud de retour au sommet Coupe du monde 2019 : La force de l'Afrique du Sud de retour au sommet

"C'était un événement national majeur et omniprésent pour toutes les tranches d'âge", a ajouté le dirigeant australien. Au total, 1,83 million de billets ont été vendus, pour une participation record de 99,3% sur les 45 matches du tournoi, le taux le plus élevé de l'histoire de la Coupe du monde, selon EY. "C'est la raison pour laquelle nous sommes allés au Japon et en Asie, pour créer de nouveaux marchés et une nouvelle fréquentation. Cela nous donne une plus grande empreinte commerciale à réinvestir dans d'autres régions du monde", a expliqué M. Gosper.

AFP