Jefferson Poirot, pilier gauche du XV de France, prend sa retraite internationale

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Jefferson Poirot déçu lors de la Coupe du monde 2019
Jefferson Poirot déçu lors de la Coupe du monde 2019 | AFP - CHARLY TRIBALLEAU

Membre de l'équipe de France depuis 2016, le pilier gauche de l'Union Bordeaux-Bègles Jefferson Poirot a annoncé ce dimanche à L'Équipe sa décision de prendre sa retraite internationale. À seulement 27 ans, Poirot quitte donc le XV de France après la Coupe du monde du début de saison et un Tournoi des 6 nations amputée par l'épidémie de Covid-19. Le pilier gauche de l'UBB explique sa décision par un manque de motivation perçue dès la fin de la Coupe du monde, et explique que son choix est "ferme et définitif".

La décision de quitter le XV de France, quatre ans après avoir goûté à sa première cape internationale, Jefferson Poirot l'aura donc prise à la fin d'une rencontre du Tournoi des 6 nations entre les Bleus et l'Italie, le 9 février dernier. Dans une interview exclusive accordée à L'Équipe ce dimanche, le pilier gauche de l'Union Bordeaux-Bègles explique que ce match a confirmé une idée qui germait dans sa tête depuis la fin de l'aventure française en Coupe du monde, le 20 octobre dernier lors de la cruelle défaite contre le Pays de galles (19-20). Contre l'Italie (victoire 35-22), Poirot explique qu'il "était pressé que le match se termine. Ça ne m'était jamais arrivé. Ce n'est pas normal, d'autant que j'étais remplaçant".

Une décision envisagée depuis la Coupe du monde

Jefferson Poirot s'arrêtera donc en équipe de France à 36 sélections et à seulement 27 ans. Le joueur de l'UBB l'assure, cette annonce "n'est pas un coup de tête. Elle a mûri depuis la fin de la Coupe du monde". À l'issue de la compétition qui s'est tenue au Japon, l'international français explique avoir ressenti un vide qui l'a poussé à réfléchir à cette décision radicale. "Les quatre années que je venais de vivre ont été très éprouvantes, j'avais fait de nombreux sacrifices et j'avais comme l'impression que j'aurais du mal à me projeter sur les quatre années suivantes", explique Poirot dans son entretien avec L'Équipe.

Soucieux de ne pas prendre cette décision trop à chaud, le pilier gauche s'est donné quelques mois de réflexion, avant le début du Tournoi des 6 nations. "Je suis plutôt optimiste en me disant qu'avec la nouvelle génération qui arrive, on va repartir sur du positif et que ma motivation sera relancée naturellement. Je voulais voir, en avoir le cœur net." Mais le match contre l'Italie arrive et convainc Poirot de ne pas continuer l'aventure Bleue. "Je me suis toujours promis de venir en équipe de France à 100%, de ne pas mentir. Les Bleus, c'est le Graal. Je ne veux pas y aller juste pour prendre ma cape et ma prime", explique-t-il.

"Je ne veux pas y aller pour de mauvaises raisons"

Après avoir annoncé la nouvelle à ses proches et les autres joueurs du XV de France, le joueur a discuté avec Fabien Galthié, sélectionneur des Bleus, ce dimanche. La question de sa rétrogradation au sein de l'équipe de France - il est passé de potentiel capitaine lors de l'arrivée de Galthié à réserviste lors du match contre le Pays de galles pendant le Tournoi - lui a forcément été posée par rapport à cette décision. "C'est dur, mais l'effet a été contraire. Ça m'a soulagé. La décision a été encore plus facile à valider."

Avec le XV de France, Jefferson Poirot aura donc participé à quatre Tournois des 6 nations et une Coupe du monde. Des expériences qu'il juge "immenses, immense sportivement, immense humainement, immense émotionnellement". Une intensité qui a forcément un impact sur la carrière d'un sportif. Le pilier gauche de l'UBB se retire donc des Bleus, une décision qu'il considère comme "ferme et définitive. Peut-être que ça va me manquer et peut-être que je reviendrai sur la décision comme d'autres sportifs avant moi. (...)", explique-t-il. Avant de résumer sa décision : "Mais je ne veux pas y aller pour de mauvaises raisons".