France rugby

Coupe du monde 2019 : Angleterre-France, Ecosse-Japon, l'annulation plus que la délocalisation à cause du typhon ?

Publié le , modifié le

Le typhon Hagibis, l'un des plus puissants des dernières décennies dans la région, devrait toucher une large partie du Japon ce week-end, mettant en péril la tenue de matches de la Coupe du monde de rugby. Entre autres, les rencontres Angleterre - France et Japon - Ecosse sont menacées. Selon l'envoyée spéciale de France tv sport, Cécile Grès, le Crunch pourrait être maintenu à Yokohama, la trajectoire du typhon pouvant dévier de sa route initiale, ou simplement totalement annulé. La piste d'une délocalisation semble moins privilégiée dans ces dernières heures. La décision doit être rendue cette nuit (heure française).

La menace est de plus en plus insistante. Le typhon Hagibis, considéré comme très puissant, génère des rafales de vent allant jusqu’à 270 km/h, selon l’Agence météo japonaise. Actuellement classé comme typhon "violent", tout en haut de l'échelle d'intensité cyclonique au Japon, Hagibis se dirigeait vers le sud-est du pays, et pourrait fondre droit sur la région de Tokyo samedi, ont averti mercredi les météorologues japonais.

à voir aussi Coupe du monde 2019 : Angleterre - France menacé par un nouveau typhon Coupe du monde 2019 : Angleterre - France menacé par un nouveau typhon

Consciente du danger, l'organisation de la Coupe du monde songe sérieusement à changer ses plans quant aux rencontres Angleterre-France et Japon-Ecosse prévues samedi et dimanche aux alentours de Tokyo. Dans un premier temps, Midi Olympique a annoncé que les rencontres allaient être délocalisées et jouées à huis-clos. Ainsi, les Bleus, déjà qualifiés en quart de finale, iraient défier le XV de la Rose à Oita samedi, à 1000 km de Yokohama, où le match est programmé. La confrontation se ferait aussi à huis clos. Autres matches menacés : Nouvelle-Zélande-Italie samedi à Toyota et Etats-Unis-Tonga à Osaka

La France deuxième du groupe en cas d'annulation, l'Ecosse condamnée

Toutefois, le site spécialisé s'est ravisé en annonçant que World Rugby sera plus enclin à annuler les rencontres. En effet, ce changement de stade dans un court délai provoquerait  un déplacement dans l'urgence des équipes. Les contraintes logistiques de déplacement et d'hébergement complexes pousseraient l'organisation à ne pas faire jouer ses matches. Le verdict doit être rendu jeudi, heure du Japon, soit cette nuit en France.

Selon l'envoyée spéciale de France tv sport, Cécile Grès, les dernières rumeurs font état d'un possible maintien du match à Yokohama, rendu possible par le trajet du typhon qui dévierait par rapport à sa route initiale et ne passerait plus par cette ville japonaise. La délocalisation semble, en revanche, exclue en raison de tous les problèmes logistiques précités. Le Crunch se ferait donc à Yokohama, ou ne se ferait pas. En attendant, le XV de France a annulé sa conférence de presse prévue jeudi.

Une annulation d'Angleterre-France donnerait deux points aux deux nations. Ainsi, étant toutes deux qualifiées pour les quarts de finale, les Anglais conserveraient la première place du groupe devant le XV de France. Côté bleu, on espère tout de même que le match aura lieu : "Ce n'est pas comme si on devait aller chercher la victoire pour se qualifier. Mais forcément ce serait préférable de jouer car les France-Angleterre sont toujours à part, en plus c'est la Coupe du monde. Ça nous permettrait de travailler pour préparer pour le quart de finale", expliquait ainsi Camille Lopez mercredi matin. 

En revanche, le scénario serait plus tragique pour l'Ecosse en cas d'annulation. En effet, le XV du Chardon peut toujours croire à une qualification et doit jouer sa place face au Japon dimanche. Les Écossais ont besoin d'une victoire, sans laisser un bonus au pays hôte, pour passer devant les Japonais. Si la rencontre n'a pas lieu, ils ne pourraient pas défendre leur dernière chance d'accéder aux matches couperets. Ce qui laisserait au Japon une première qualification en quart de finale de son histoire.