France - Argentine, Coupe du monde de rugby 2007
Le 7 septembre 2007, l'Argentine battait le XV de France en ouverture de la Coupe du monde de rugby, au Stade de France. | FRANCK FIFE / AFP

Coupe du monde 2019 : Le jour où… le France-Argentine inaugural a viré au fiasco

Publié le , modifié le

Samedi 21 septembre 2019, le XV de France débute sa Coupe du monde de rugby face à l'Argentine. Un premier match qui n'est pas sans rappeler l'affrontement inaugural lors de l'édition 2007. Une rencontre qui avait viré au fiasco pour les Bleus. Flashback.

C’était le rendez-vous attendu depuis quatre ans. La France, demi-finaliste de la dernière Coupe du monde, vainqueur du Tournoi des Six Nations quelques mois plus tôt, ouvrait la Grand-Messe du rugby mondial. C’était son moment. Son heure. Pour sa compétition, à la maison. Lorsque David Skrela donna le coup d’envoi, vendredi 7 septembre 2007, du match inaugural contre l’Argentine, les Bleus débutaient leur Mondial. Celui duquel ils ne devaient pas passer au travers. Le Stade de France est plein pour accompagner les hommes de Bernard Laporte. Tous les éléments sont réunis pour une entrée en matière réussie.

Le XV de France face à l’Argentine : Milloud, Ibanez (cap.), de Villiers ; Thion, Pelous ; Martin, Betsen, Harinordoquy ; Mignoni, Skrela ; Dominici, Jauzion, Traille, Rougerie, Heymans.
Les remplaçants : Szarzewski, Poux, Chabal, Bonnaire, Dusautoir, Elissalde, Michalak

La lettre de Guy Môquet en avant-match

Il y avait un jour où les Tricolores ne pouvaient passer à côté de leur match. Une date historique que les Bleus devaient marquer de leur empreinte. Jamais le XV de France n’a perdu un match de poule en Coupe du monde. Son seul accroc ? Un match nul en Nouvelle-Zélande lors du premier match de la première édition, en 1987, contre l’Ecosse (20-20). Alors, pas question de manquer le premier match de ce Mondial 2007, organisé dans l'Hexagone et au pays de Galles.

Dans un élan patriotique, surfant sur la vague impulsée par le nouveau président de la République d’alors Nicolas Sarkozy, Bernard Laporte fait lire à son groupe la lettre de Guy Môquet, quelques heures avant le match. L’effet aura été l’inverse de celui escompté. A contrario d’être sublimés, les Bleus sont pétrifiés. Et ne rentrent véritablement jamais dans le match.

Rémy Martin, l'interception fatale

Jamais le XV de France ne sera devant au score. Felipe Contepomi convertit au pied les fautes de Français incapables de prendre le match à leur compte (6e, 10e, 24e, 34e). David Skrela maintient son équipe à flot (8e, 29e, 40e) mais ne parvient pas à impulser une dynamique offensive pour combler un retard creusé après l’essai fatal d’Ignacio Corleto (27e). Damien Traille récupère une chandelle sur 40m, relance et sert Rémy Martin. Intercalé, le troisième ligne hérite du cuir et tente de le transmettre à Yannick Jauzion. Mais Horacio Agulla surgit et intercepte. L’ailier part en contre, trouve Felipe Contepomi à hauteur qui envoie Corleto derrière la ligne. Fatal.

Ignacio Corleto (Argentine) a inscrit en contre un essai fatal au XV de France en ouverture de la Coupe du monde de rugby 2007.
Ignacio Corleto (Argentine) a inscrit en contre un essai fatal au XV de France en ouverture de la Coupe du monde de rugby 2007. © FRANCK FIFE / AFP

Un fiasco… pour un triomphe

Malgré la possession et plusieurs occasions de franchir la ligne, le XV de France se heurte à des Pumas qui n’entendaient pas laisser le privilège au pays hôte de triompher pour sa première sortie. Et ils tiendront bon. Les Rodrigo Roncero, Mario Ledesma, Patricio Albacete, Juan Manuel Leguizamon, Augustin Pichot ou encore Juan Martin Hernandez font tomber les Bleus à Saint-Denis (12-17). Une défaite qui fait tâche car l’Argentine ne tremble pas et remporte tous ses matchs, terminant première du groupe… et contraignant les Bleus à défier la Nouvelle-Zélande en quart de finale. Mais avec l’histoire qu’on connaît. Finalement, ce fiasco inaugural aura offert à la France un triomphe inespéré…

Maxime Gil gil_maxime_34