Kotaro Matsushima
Kotaro Matsushima | Photo Kishimoto / PHOTO KISHIMOTO CORPORATION / DPPI

Coupe du monde 2019 : Face à l'Afrique du Sud, le Japon veut rééditer son exploit

Publié le , modifié le

Le Japon dispute dimanche le premier quart de finale de son histoire en Coupe du monde. Et c'est un sacré morceau qui se présente : l'Afrique du Sud. Une équipe que les Nippons ont déjà renversée, il y a quatre ans. Un exploit dont ils veulent pourtant faire abstraction pour écrire une nouvelle page de leur histoire...

Digne des All Blacks en finale de la Coupe du monde 2011. Cette dernière minute de possession du Japon face à l’Ecosse, dimanche 13 octobre lors du dernier match de poule, a semblé être une éternité pour les Brave Blossoms. Petit tas après petit tas, les Nippons ont patiemment attendu que le gong retentisse à Yokohama avant de dégager le ballon en touche. Et d’exulter.

à voir aussi Coupe du monde 2019 : Le Japon bat l'Ecosse et se qualifie pour son premier quart de finale Coupe du monde 2019 : Le Japon bat l'Ecosse et se qualifie pour son premier quart de finale

Toute une nation derrière son équipe

Une exultation encore plus forte que celle du 19 septembre 2015, à Brighton (Angleterre), à l’issue d’un final haletant qui avait vu Karne Hesketh plonger dans l’en-but sud-africain trois minutes après la sirène pour offrir un authentique exploit aux Nippons (29-34). Un succès de prestige resté sans lendemain, la faute à une lourde défaite face aux Ecossais (45-10) qui avait privé les Asiatiques d’un quart de finale.

Quatre ans plus tard, l’histoire s’est donc inversée. Les kimonos ont pris le meilleur sur les kilts et c’est toute une patrie néo-rugbystique qui chante. L’organisation de l’événement avait initié le pays à l’ovalie, le succès de prestige face à l’Irlande avait donné un peu plus de relief au Mondial des Japonnais, la qualification nippone a tout bonnement fait chavirer la nation.

Le maillot des Brave Blossoms est en rupture de stock dans les magasins, le "Hinomaru", le drapeau blanc avec un disque rouge, s'affiche fièrement dans les rues, les chaînes de télévisions repassent en boucle les essais japonais, les locaux arrêtent les Occidentaux d'un "rugby ?" suivi d'un grand sourire, les conférences de presse sont déplacées pour accommoder tous les journalistes… Et tous les regards sont donc tournés vers Tokyo, théâtre du nouvel affrontement entre les Brave Blossoms et les Springboks.

à voir aussi Coupe du monde 2019 : le Japon, chronique d'une folle ascension Coupe du monde 2019 : le Japon, chronique d'une folle ascension

Sept rescapés de Brighton

Mais la donne est toute autre que du côté de la Manche : "Tout le monde en parle mais c’est une autre équipe, des joueurs différents… Oui, on a encore certains joueurs et c’était un exploit incroyable." Sept exactement. Ils sont sept rescapés de l’exploit de Brighton : les piliers Horie et Inagaki, le 2e ligne Thompson, les 3e ligne Leitch et Mafi, l’ouvreur ou center Tamura et l’ailier Matsushima.

Entre temps, Nippons et Boks se sont affrontés une fois. Cet été, avant le début du Mondial. Et les Sud-Africains ont déroulé 7-41. "En toute honnêteté, c’est la raison pour laquelle on les a affrontés en match de préparation. Pour effacer cette histoire. On est à égalité 1-1 maintenant", a expliqué Rassie Erasmus, le sélectionneur sud-africain. Si elle reste évidemment dans toutes les mémoires, la page anglaise est tournée. La Japon chercha à en écrire une plus belle sur ses terres…

Maxime Gil gil_maxime_34