Le pilier de l'équipe de France, Jefferson Poirot
Le pilier de l'équipe de France, Jefferson Poirot | AFP - FRANCK FIFE

Coupe du monde 2019: "Etre juste dans tous les secteurs" face aux Tonga avertit Jefferson Poirot

Publié le , modifié le

Capitaine dimanche face aux Tonga, le pilier Jefferson Poirot a averti ses coéquipiers de l'équipe de France: "On sait qu'ils vont nous proposer un gros défi physique auquel il faudra absolument répondre." En cas de victoire, la France serait qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde

Comment avez-vous préparé ce match décisif pour la qualification ? 
Jefferson Poirot:
"Comme tous les autres matches, (on s'est préparé) à avoir du combat. Nous n'avons pas trop de marge de manoeuvre, nous en sommes conscients donc nous préparons tous les matches de la même façon. On sait qu'ils vont nous proposer un gros défi physique auquel il faudra absolument répondre."

La cascade de blessures vous inquiète-t-elle avant ce gros défi physique ?
JP:
"Il faut se rendre le match le plus facile possible. Je parlais de l'aspect physique et agressif de l'adversaire, on sait que si on met du répondant dans ce secteur on aura plus de chances de mettre notre jeu en place. Mais ce serait un piège que de dire qu'il faut se protéger des blessures, c'est dans la tête de personne. On est d'accord pour dire qu'il faut les agresser et avancer. On a aussi l'exemple des Fidji (défaite 21-14 en novembre 2018) pour nous montrer que si on n'est pas dedans (au niveau du combat) on ne pourra prétendre à rien. Je pense que tout le monde est prêt pour ça."

Existe-t-il un risque de "surjouer" le combat ?
JP: 
"Je ne pense pas. Sur ce match on va essayer d'être juste dans tous les secteurs. On a montré beaucoup de belles choses par moments et de mauvaises sur d'autres (lors des deux premiers matches). C'est ce sur quoi on a cherché à se concentrer pendant ces quatre jours (depuis le dernier match), qui sont passés très vite."

Comme le soulignait Thierry Dusautoir dans le quotidien L'Equipe jeudi, l'indiscipline dont vous avez fait preuve lors des deux premières rencontres peut-elle être préjudiciable si vous ne réglez pas ce problème ?
JP:
"En fait on a beaucoup d'entraîneurs, ils nous ont déjà dit qu'on avait ce problème d'indiscipline, on est parfaitement au courant. On est conscient de ce qu'on fait aussi. Donc c'est gentil de nous dire que ça peut poser problème, comme dans tout match de rugby cela peut poser problème. On travaille dessus, contre les Etats-Unis on a fait beaucoup moins de fautes (10, que contre l'Argentine, 15), on y travaille, on va essayer de remédier à ce problème. Cela se fait match après match. J'espère que contre les Tonga on sera beaucoup plus disciplinés et, si on veut voir plus loin, encore plus."

AFP