Cotter: "Plus que 3 matches pour être champion"

Cotter: "Plus que 3 matches pour être champion"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Clermont, Vern Cotter a estimé que son groupe était prêt à "franchir une nouvelle étape" et offrir "pour la première fois" de l'histoire du club une demi-finale de Coupe d'Europe, ce samedi, à la veille d'affronter les Saracens à Londres en quart de finale.

Comment abordez-vous ce quart de finale?
"Nous avions deux objectifs cette saison, la Coupe d'Europe et le Top 14, nous voulions être qualifiés pour les phases finales dans les deux compétitions, ce quart de finale est donc la première échéance. On a, bien sûr, l'ambition d'aller plus loin. En début de semaine, on s'est dit qu'il ne restait que trois matches pour être champion d'Europe. On fait parti des huit meilleurs clubs européens, maintenant je sens que le groupe est prêt pour franchir une nouvelle étape, ce que l'on n'a pas réussi à faire jusqu'à présent. Je trouve les joueurs très excités et je pense que ce sera un bon match."

Avez recruté des joueurs expérimentés dans le but de remporter la Coupe d'Europe?
"Nous avons recrutés des joueurs qui nous permettent de bien figurer dans les deux compétitions, David Skrela et Nathan Hines par exemple nous apportent énormément. On s'appuie aussi sur l'expérience que l'on a acquise durant ces cinq dernières années, ça donne plus de confiance qu'auparavant au moment d'aborder ce type d'évènement. Nous étions déçus la saison dernière, les résultats n'ont pas été à la hauteur de nos espérances, mais je sens que l'on retrouve une envie collective partagée par tous les joueurs qui ont envie de gagner quelque chose cette année. (...) Il nous faudra aussi un peu de chance, car entre la victoire et la défaite, à ce niveau-là, il y a une toute petite différence, un rebond favorable, le petit truc qui fait que ça bascule du bon côté. Mais on ne compte pas uniquement là-dessus, on a des intentions de jeu, une détermination presque féroce."

Est-ce un handicap de disputer ce quart de finale à l'extérieur?
"Non, je ne vois pas les choses comme cela. C'est sûr que pour les Saracens, c'est un certain confort de jouer devant leur public, mais le terrain fait les mêmes dimensions qu'à Clermont. C'est juste l'aspect psychologique qui change, il faut se persuader que l'on est capable de le faire, c'est le plus important. Tactiquement ne pas commettre d'erreurs, s'appliquer pour sortir de notre camp et éviter de leur donner des points, marquer sur nos temps forts... Le mot clé, c'est la concentration. La discipline aussi, avec un buteur comme Farrell en face. (...) On sait aussi que l'on pourra compter sur près de 2.000 supporters. (...) Nous allons essayer leur offrir pour la première fois une demi-finale."

AFP