Top 14 Castres Teulet Andreu 032011
Les deux castrais Romain Teulet et Marc Andreu | AFP - Remy Gabalda

CO et BO dos au mur, Toulouse pour confirmer

Publié le , modifié le

Vaincus lors de la 1ère journée de H Cup, le Castres Olympique et le Biarritz Olympique doivent s'imposer. La méfiance est de mise pour les Biarrots avec la venue des Saracens, le défi est d'une ampleur similaire pour les Castrais, qui reçoivent l'ogre du Munster. Une semaine après leur défaite à Llanelli, ils s'offrent un défi délocalisé à Toulouse. Le Stade Toulousain veut enchaîner une 2e victoire, lors de son voyage chez les Irlandais du Connacht.

SUIVEZ LE MATCH CASTRES - MUNSTER EN DIRECT VIDEO A PARTIR DE 16H40

Castres s'attaque au Munster

Marcher sur les traces de Toulouse, ils sont nombreux à avoir cette aspiration. Quatre titres de champion d'Europe en imposent forcément. Petit poucet qui monte depuis quelques saisons, le Castres Olympique se place dans le sillage du Stade en ayant choisi de délocaliser la réception du Munster dans l'antre du Stade, à Ernest -Wallon. "On reçoit le Munster, deux fois champion d'Europe, c'est une belle fête qui se prépare", se réjouit Laurent Travers, co-entraîneur du CO. "Le but est de créer un événement. On dit toujours que le Castres Olympique ne communique pas assez". Cette fois, devant les caméras de France 2 à 16h40, les Castrais seront sous les feux de la rampe.

Dans un poule 1 très compliqué avec Northampton, finaliste de la dernière Coupe d'Europe, le Munster et Llanelli, dont l'expérience au plus haut niveau n'est plus à démontrer, le CO n'a plus de temps à perdre. "On n'est pas très loin, on a fait de très belles choses, mais on n'a pas été récompensés", regrettait Laurent Travers, l'autre entraîneur de Castres au sujet de la défaite au Pays de Galles. "Lorsque vous perdez à domicile avec 0 point pris aux Scarletts, il sera pratiquement impossible de se qualifier", rappelle Laurent Travers. Si les coéquipiers de Chris Masoe ne veulent pas se contenter de simples "coups" dans cette saison européenne, ils sont donc obligés de ramener les quatre points de la victoire. Voire plus. Mais l'armée rouge du Munster, avec son maître à jouer Ronan O'Gara et ses renforts venus de l'hémisphère Sud (Howlett, BJ Botha, du Preez...), est en pleine confiance, surtout après son succès sur Northampton, l'autre grand favori de cette poule 1.

Biarritz en reconquête

Malmené en championnat, battu chez les Ospreys en ramenant tout de même le bonus défensif de ce déplacement, le Biarritz Olympique doit se rassurer lors de la venue des Saracens. "Le groupe bosse bien, reste enthousiaste, et dans l'organisation de notre jeu, il y a des choses intéressantes", estime Patrice Lagisquet, le manageur du club basque. "On a pu s'apercevoir qu'on était très près de la victoire le week-end passé. On a besoin de victoire pour respirer." Sans son poisson-pilote et buteur, Dimitri Yachvili, touché à la cuisse, le BO va devoir relever le défi des Anglais, qui seront privés de leur talonneur sud-africain Brits, suspendu pour un plaquage cathédrale. Une absence qui pourrait peser lourd dans un affrontement qui promet une "intensité phénoménale" de la part des Saracens, offensivement comme défensivement. "L'objectif, c'est de gagner d'abord par rapport à l'objectif de la Coupe d'Europe, mais surtout par rapport à nous", scande Imanol Harinordoquy, le capitaine. "Ce serait compliqué à gérer si on ne gagnait pas", confirme le talonneur Benoît August. "Tout comme une victoire sera compliquée à obtenir car c'est le champion d'Angleterre en titre, qui a affiché ses ambitions en Coupe d'Europe. On sait à quoi s'attendre".

Toulouse en terre irlandaise

Le Connacht a beau débuté son aventure en H Cup après avoir toujours vécu en Challenge Européen, Guy Novès s'en méfie. Comme toujours. "C’est un rugby de grande qualité, des joueurs de tempérament", dit-il sur le site internet de son club. "Ils sont très solides sur les impacts, avec une très bonne conquête, un rugby complet n’hésitant pas à jouer sur les extérieurs pour étirer les défenses... Il s’agit vraiment d’une équipe extrêmement impressionnante. Le fait qu’elle arrive dans cette compétition donne l’impression que c’est le parent pauvre de ce rugby Irlandais, mais c’est au contraire une très belle équipe. Qui va en faire souffrir plus d’un." Bien sûr, l'emblématique entraîneur du Stade espère bien que son équipe ne sera pas la deuxième à souffrir après les Harlequins. "Le danger de ces équipes est qu’elles ont bien souvent du coeur, et si elles n’ont pas forcément de stars, elles s’appuient sur des collectifs forts", souligne William Servat. Ce match sera aussi l'occasion de voir à l'oeuvre une deuxième fois la charnière de l'hémisphère Sud, l'Australien Luke Burgess associé à Luke McAlister, Jean-Marc Doussain étant absent. "C'est un garçon très vif avec une passe de grande qualité", avance Novès au sujet du Wallabie. "Il amène de la vitesse et de la puissance", ajoute Maxime Médard.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze