Napolioni Nalaga - Clermont
Napolioni Nalaga en pleine charge face au Leinster | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Clermont fait chuter le Leinster

Publié le , modifié le

Après deux ans d'invincibilité sur la scène européenne, le Leinster, double champion d'Europe en titre, a été battu sur le terrain de Clermont (15-12). C'est ici-même que les Irlandais avaient connu leur dernière défaite, le 12 décembre dernier (20-13). Dans un match très intense et rude, entre deux formations qui s'affrontent chaque année depuis 2009, les Auvergnats ont toujours mené, mais ont beaucoup souffert pour empocher un 3e succès lors de cette 3e journée.

Clermont face au Leinster, c'est une tradition en Coupe d'Europe. Depuis 2009, chaque année, les deux clubs s'affrontent. Et chaque fois, c'est une dure lutte. Des phases de poule (comme en 2010-2011 pour une victoire et une défaite de l'ASM), aux quarts de finale (2009-2010, défaite 29-28) aux demi-finales la saison passée (défaite 19-15) sur cette dernière action sur la ligne de Fofana. C'est rude, c'est intense, et en plus, les deux équipes envoient du jeu. Les spectateurs de Marcel-Michelin ne s'y sont pas trompés, établissant un nouveau record (17 760 personnes dans le stade). 

Avec son statut de double champion d'Europe en titre à honorer et même à affirmer contre un prétendant, le Leinster a joué sa partition habituelle. Une défense féroce, une conquête efficace et une mêlée monstrueuse, sans oublier du réalisme à revendre avec le pied de Sexton, les Irlandais ont fait trembler les Jaunards. Comme à leur habitude, ces derniers ont envoyé du jeu, ont souvent paru en position de créer l'énorme différence dans la défense adverse, mais des petites fautes, des imprécisions, des en-avants ou simplement un dernier défenseur ont barré le chemin de l'essai à l'équipe locale. C'était ainsi le cas sur un mouvement au large des trois-quarts, fini à 10m par Byrne pour une pénalité (23e), ou cette percée de Rougerie en début de deuxième période terminée par un en-avant, comme celle de Fofana dans l'axe (62e). Ou bien encore cette percée du capitaine auvergnat, soutenu par Nalaga puis Byrne, poussé en touche (72e).

Vern Cotter, entraîneur de Clermont : "J'ai tremblé jusqu'à la fin, mais c'est toujours comme ça contre le Leinster. Ils ont la moitié de l'équipe d'Irlande, ils ont l'habitude de ces grands rendez vous, c'est une bonne équipe, ils ne lâchent rien et jouent à pleine vitesse jusqu'au bout. C'est comme deux grands boxeurs qui échangent de coups, on en a pris, on en a donné, mais heureusement à la fin on remporte quatre points. Eux étaient venus pour gagner, ils ne repartent qu'avec le point de bonus, et ça nous annonce un match très compliqué la semaine prochaine. Ils ont maintenant cinq points de retard, et voudront les rattraper. Le boulot est à moitié fait, il faudra que l'on fasse quelque chose la semaine prochaine si nous voulons les écarter."

Une énorme défense clermontoise

Dans un affrontement entre deux équipes majeures de la scène européenne, cela s'est donc joué sur des détails. Les pénalités de Parra avaient donné un premier avantage (9-3, 23e), avant que Sexton n'égalise (9-9, 32e). Un nouveau coup de pied du demi de mêlée international français et surtout un drop juste avant la pause de James redonnaient un petite matelas à la mi-temps (15-9). En deuxième période, la mêlée clermontoise souffrait, la défense était sous pression, mais Sexton jouait une pénalité au pied pour l'aile opposée, mais son ailier, à la lutte avec Nalaga, commettait un en-avant (48e). Il ne tentait pas le même mouvement à la 54e minute pour ramener les siens (15-12). Ensuite, c'était une longue bagarre, le Leinster envoyant ses vagues dans la défense des Jaunards, qui ne craquait pas. Après dix minutes passées arc-boutés dans leur moitié de terrain, les Clermontois montraient encore le bout de leur nez offensivement. Et ils bénéficiaient surtout d'un mauvais lancer irlandais dans leurs 22m à deux minutes du terme de la rencontre, permettant une remontée du terrain, qui s'arrêtait de l'autre côté du terrain, pour le coup de sifflet final, synonyme de victoire. Un regret peut-être: Clermont bénéficiait d'une pénalité, mais l'arbitre, Nigel Owens, a préféré mettre fin au match, un Irlandais se trouvant au sol a priori sérieusement touché. Avec trois points de plus, le Leinster repartait sans bonus défensif...

Pour la première fois depuis le 12 décembre 2010, le Leinster perd un match en Coupe d'Europe. C'était déjà à Clermont (20-13). Et si les Irlandais prennent le point de bonus qui pourrait faire la différence pour la première place, l'équipe de Vern Cotter conforte sa place de leader de cette poule 5. Car contrairement à leurs adversaires du jour, ils ont pris le bonus offensif lors de leurs deux premiers matches. L'écart est désormais de 5 points entre les deux formations, ce qui condamne d'abord le Leinster à la victoire la semaine prochaine lors du match retour, mais aussi à prendre le bonus offensif sans que Clermont ne revienne avec le bonus défensif. Pour la première fois, Clermont semble mieux placé que les Irlandais, qu'ils ont battus pour la deuxième fois en cinq matches. Et les Auvergnats concluent le week-end presque parfait des Français, avec six victoires en sept matches.

Joe Schmidt, entraîneur du Leinster : "Le match a basculé sur très peu de choses, comme toujours contre Clermont. Il faut se relever et faire quelque chose la semaine prochaine, mais avec cinq points de plus que nous et la tête de la poule, ils ont maintenant beaucoup d'avance. En deuxième mi-temps, nous avons montré beaucoup de bonnes choses. On était dans leur camp, et on aurait dû presser un peu plus pour marquer. Et je crois que Morgan Parra nous a fait mal en faisant un sans faute. Ce sera difficile de rattraper Clermont."

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Voir la video