Clermont  face à son destin irlandais

Clermont face à son destin irlandais

Publié le , modifié le

Dimanche à Bordeaux, Clermont s'attaque au Leinster, référence européenne. Bien qu'encore inexpérimenté à ce niveau, Clermont a beaucoup d'atouts pour barrer la route du champion d'Europe en titre, lors d'une demi-finale de Coupe d'Europe de rugby ouverte et indécise. "A domicile", les Jaunards devront sortir le match parfait face "Barça" du rugby qui a retrouvé son capitaine Brian O'Driscoll.

VIVEZ EN DIRECT SUR SPORT.FRANCETV.FR LA DEMI-FINALE DE COUPE D'EUROPE DIMANCHE A 16H

Une bête noire. C'est une réalité statistique. En cinq confrontations contre la province de Dublin, les Clermontois n'ont gagné qu'une fois. Et l'élimination pour un point en quart de finale de l'édition 2010 à Dublin (29-28) a été un traumatisme pour tout un groupe alors que la victoire était à porté d'un drop… raté par James. Face à une telle équipe l'ailier international clermontois Julien Malzieu n'hésite pas à affirmer que "le Leinster est favori au vu de son expérience et de son parcours en Coupe d'Europe". "Cette équipe est complète, sans point faible", ajoute-t-il avant d'affirmer cependant: "On a toutes nos chances et on va les saisir."

Pour la saisir, Clermont devra se focaliser sur son jeu pour empêcher son adversaire de déployer le sien. Conquête, rucks, défense seront les points névralgiques de la rencontre. L'équipe qui avancera et sera la moins pénalisé sera proche de la victoire. Ces deux équipes pratiquent le même jeu complet utilisant les largeurs du terrain et l'axe du terrain grâce à un physique exceptionnel. Les Anglais des Saracens, champion d'Angleterre en titre, étrillés 22-3 sur leur pelouse, peuvent témoigner de la puissance dégagée par les Clermontois en quart de finale. Mais l'expérience européenne est du côté du Leinster qui reste sur quatre demi-finales de rang.

D'un côté, l'un des principaux pourvoyeurs de l'équipe d'Irlande (Kearney, O'Driscoll, de retour après cinq mois d'absence, D'Arcy, Sexton, O'Brien, Heaslip) et son champion du monde All Black Brad Thorn. De l'autre, l'un des principaux pourvoyeurs de l'équipe de France (Pierre, Bonnaire, Parra, Rougerie, Fofana, Malzieu, Debaty, Buttin) renforcé par des internationaux étrangers (le All Black Sivivatu, le Gallois Byrne). Bref du très lourd même si l'ASM doit se passer de Skrela (cuisse).

L'avantage de recevoir

Soutenu par une armée jaune venu de toute l'Auvergne, les Clermontois auront l'avantage dans les tribunes et dans les têtes de jouer à domicile à Bordeaux. "Oui certainement. Je crois que c'est un plus pour nous" a reconnu le deuxième ligne clermontois Nathan Hines, champion d'Europe avec le Leinster l'an dernier. Cette dimension est très présente, même dans les têtes irlandaises qui savent qu'une équipe française n'est jamais aussi dangereuse que lorsqu'elle joue à domicile.

"Nous sommes là où nous voulions être", a déclaré O'Driscoll, dont l'équipe caracole en tête de la Ligue celtique après ses victoires sur Edimbourg (54-13) et l'Ulster (16-8), ses possibles adversaires en cas de qualification pour la finale de la Coupe d'Europe. Le coach des Irlandais Joe Schmidt, qui connait bien son adversaire pour avoir été l'assistant de Vern Cotter durant trois ans, aura parfaitement préparé ses joueurs au contexte et au jeu clermontois.

"Les deux équipes sont très fortes, au point même que je pense que c'est dans cette demi-finale que doit se trouver le futur vainqueur", a dit Schmidt sur le site de l'ERC. Pour entretenir l'espoir de remporter la Coupe d'Europe, le seul titre qui leur manque, en cette saison du centenaire du club, les Auvergnats devront briser une série de 13 matches sans défaite des Dublinois dans la compétition. Ces derniers n'ont plus perdu depuis une défaite le 12 décembre 2010... à Clermont (20-13).

Mathieu Baratas