Chabal toujours prêt pour les Bleus

Chabal toujours prêt pour les Bleus

Publié le , modifié le

A 34 ans dans deux jours, Sébastien Chabal n'a pas fait une croix sur l'équipe de France, désormais dirigée par son ancien entraîneur à Sale, Philippe Saint-André: "J'ai eu une fin en queue de poisson avec l'équipe de France. Pourquoi pas, peut-être, si jamais il avait vraiment besoin de moi, faire quelques matches de plus ?" Et de rendre hommage à l'ancien entraîneur du RCT: "Je crois que c'est l'homme de la situation."

Il est rare, après une échéance majeure, de ne pas assister à un départ massif des "cadres vieillissants". Pourtant, le XV de France, finaliste de la dernière Coupe du monde avec la moitié des 30 joueurs atteignant ou ayant dépassé les 30 ans, ne connaît pas d'exode. Et ce n'est pas Sébastien Chabal qui sera le premier à fermer la porte des Bleus. A deux jours de fêter ses 34 ans, il s'est déclaré à la disposition du nouveau sélectionneur: "J'ai eu une fin en queue de poisson avec l'équipe de France. Pourquoi pas, peut-être, si jamais il avait vraiment besoin de moi, faire quelques matches de plus ? Aujourd'hui, ça n'est pas une priorité. Après, m'entraîner pour être le meilleur, je le fais pour mon club du Racing. On sait que l'équipe de France commence par son club".

S'il compte 62 sélections, le plus célèbre barbu de l'ovalie a connu une carrière internationale pleine d'aspérités. Remplaçant trop inconstant, puis remplaçant de luxe, avant d'être replacé en 2e ligne, puis de revenir en N.8 pour finalement être écarté du groupe du Mondial en Nouvelle-Zélande après avoir fait partie des cadres ces dernières années, le Racingman conserve tout sa passion pour ce maillot. Une ferveur que multiplie certainement Philippe Saint-André, le nouveau sélectionneur. C'est lui qui avait fait venir Chabal de Bourgoin (où il l'avait entraîné) en Angleterre, à Sale, pour le transformer en troisième ligne surpuissant et destructeur, constant et médiatiquement recherché. Une partie de la légende populaire du Berjalien est venue de là. "Je suis content que ce soit Philippe qui prenne l'équipe de France. Je crois que c'est l'homme de la situation. Et il a su bien s'encadrer avec Bru et Lagisquet. Je le connais bien, j'ai travaillé sous ses ordres pendant sept ans, je suis sûr qu'il fera du bon boulot pour cette équipe de France". Ce n'est que vendredi que Yannick Bru et Patrice Lagisquet seront officiellement intronisés au sein du nouveau staff tricolore, lors de la première conférence de presse de PSA à Marcoussis.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze