Yannick Bru
Yannick Bru, l'entraîneur des avants du XV de France et Thierry Dusautoir | AFP - FRANCK FIFE

Bru: ils "en ont marre de ces échecs"

Publié le , modifié le

L'entraîneur des avants du XV de France Yannick Bru a souligné vendredi la révolte de ses joueurs qui "en ont marre de ces échecs répétés" et aborderont avec appétit le test-match face aux Tonga, samedi au Havre.

Après une bonne performance contre la Nouvelle-Zélande, ne craignez-vous  pas un relâchement coupable des joueurs ?
Yannick Bru
: "On ne peut pas parler de bonne performance quand il s'agit d'une  nouvelle défaite (26-19, ndlr). Le groupe est avant tout très déçu alors qu'on  s'était promis de faire mettre un genou à terre à cette équipe néo-zélandaise. On n'y est pas parvenu. On les a quand même fait douter mais ça reste un échec. Je veux croire que tous les joueurs en ont marre de ces échecs répétés malgré  les efforts consentis. Contre les Tonga, il y a un renouvellement dans l'équipe de départ. Les joueurs qui rentrent vont amener de la fraîcheur et du  dynamisme. Les séances ont été moins poussées que la semaine dernière face à la  Nouvelle-Zélande. Tout a été fait pour mettre l'accent sur la récupération. Et  on ne peut pas penser qu'une petite semaine de travail et une défaite face à la  Nouvelle-Zélande nous coupe les jambes face au défi qui nous attend."

Comment faire pour que l'impératif de victoire n'induise pas de pression  négative pour les joueurs ?
Y B
: "En se concentrant sur nos performances et nos contenus. Nos joueurs  savent que pour la première fois depuis un moment ils sont dans la peau d'un  favori sur ce match. Les joueurs connaissent leur cahier des charges. Ils  savent que face à cette nation, s'il n'y a pas beaucoup d'agressivité, de  préparation mentale, tout ce dont on a parlé avant ne servira à rien. C'est  ancré en eux, on n'est pas revenu là-dessus car certains joueurs expérimentés  dont Thierry (Dusautoir) ont fait parler leur expérience. Il y a eu des bonnes  choses le week-end dernier, il y en aussi eu des mauvaises. On estime qu'il y a  une certaine progression depuis trois mois. Le staff et les joueurs ont envie  de valider cette progression par les résultats, qui ne seront que la suite  logique des ingrédients que mettront les joueurs. Donc on essaye de ne pas  mettre une pression négative en parlant de victoire obligatoire."

A part leur densité physique que l'on vante sans cesse, que dire des Tongiens ?
Y B
: "Ils ont toujours ce jeu très physique, voire brutal parfois, sur  certaines situations de jeu. Mais ils ont aussi beaucoup de vitesse et ce côté  imprévisible notamment au niveau de leurs lignes arrières. Avec l'apport des  staffs néo-zélandais, australiens, ils arrivent à mettre un peu plus de  structure dans leur jeu. Ça devient un peu à l'image des Samoa qui sont  capables de faire de très grands matches. Donc il faut être sur ses gardes même  si on va surtout se concentrer sur notre histoire qui a besoin de belles  émotions."