Blanco s'avance vers la présidence de la FFR, puis revient en arrière

Blanco s'avance vers la présidence de la FFR, puis revient en arrière

Publié le , modifié le

L'ancien international Serge Blanco, vice-président de la Fédération française de rugby (FFR), a annoncé jeudi son intention de briguer la présidence de la FFR en 2016, avant de rétropédaler très rapidement.

La question était simple. Interrogé jeudi matin sur RTL sur une éventuelle  candidature à la présidence de la FFR pour succéder à Pierre Camou, 69 ans, en  poste depuis 2008, Serge Blanco, 56 ans, a d'abord répondu: "Pourquoi pas?"

Incité à donner davantage de précisions, il s'est alors lancé: "Oui, bien  sûr, ça veut dire oui. Mais après il y a des bases, des personnes que je  respecte qui vont se présenter, il y a un président aujourd'hui qui est en  place, j'aurai besoin d'avoir une discussion avec lui. On verra pour faire pour  le mieux pour cette fédération." Une déclaration assez claire, par laquelle il semble pousser un peu son  avantage; lui qui est considéré comme l'homme fort de la FFR, par son poste de  vice-président mais aussi par son omniprésence dans les grands dossiers.

Deux heures trente plus tard, il a cependant tenu à nuancer sa position  auprès de l'AFP, assurant n'avoir "pas dit" être "candidat". "Peut-être que je suis susceptible d'y aller un jour et peut-être que je  n'irai pas du tout. Mais aujourd'hui, je n'ai pas dit que j'étais candidat",  a-t-il assuré. "Moi, je n'ai jamais caché qu'il était un jour possible que je me présente  à la présidence de la Fédération. Mais le temps n'est pas venu de le faire et  peut-être que je ne le ferai pas. C'est tout." Au passage, il a répété sa loyauté à l'actuel président. "Moi aujourd'hui,  je suis Pierre Camou, a-t-il dit. Je ne dis pas qu'il faut +tuer+ Pierre Camou  pour que moi je puisse y aller. Je respecte trop l'homme et le travail qu'il  fait. Mon seul critère sera le bien de la Fédération et après on y englobe ce  qu'on veut."

Grand Stade et XV de France

Annonce extorquée ou erreur de communication? La candidature de Serge  Blanco à la présidence semble naturelle, tant il cumule les fonctions. Vice-président de la FFR, il est spécifiquement en charge du haut niveau.  Il porte notamment le dossier du grand stade (82.000 places) à Evry, un projet  à 600 millions d'euros. En dépit de certaines interrogations, notamment sur le financement, le  dossier avance: le constructeur a été choisi en décembre.
Ancien président (1998-2008) de la Ligue nationale (LNR), qui gère le  secteur professionnel, il a passé beaucoup de temps à négocier la convention  FFR/LNR. En dehors de ces dossiers techniques, Serge Blanco est également impliqué  sur le terrain, puisque l'été dernier il s'est rapproché de l'encadrement du XV  de France.  Président du comité de suivi des Bleus, il est présent au quotidien depuis  l'automne dans l'entourage de l'équipe pendant les périodes de rassemblement.  Il glisse un mot d'encouragement à l'un, recadre l'autre. Comme il le fait  dans "son" club, le Biarritz Olympique.

Ce rapprochement vise aussi à fluidifier la communication du XV de France  et à faciliter les relations avec les clubs. Sa mission prendra fin avec la  Coupe du monde, qui aura lieu en septembre-octobre en Angleterre. A partir de novembre, Serge Blanco aura ainsi les coudées franches pour se  lancer éventuellement dans la course à la présidence de la FFR, que brigue  également l'ancien sélectionneur Bernard Laporte, seul candidat déclaré. Considéré comme l'un des plus grands joueurs de tous les temps,  international à 93 reprises, dirigeant influent, homme d'affaires avisé  (thalassothérapie, hôtellerie, textile), Blanco devra rassembler autour de lui  37 personnes pour constituer une liste, porteuse d'un projet.

francetv sport @francetvsport