Biarritz reste à quai

Biarritz reste à quai

Publié le , modifié le

Biarritz s'est incliné sur la pelouse des Saracens (20-16). Avec cinq points de retard sur leur rival anglais, les Biarrots n'ont quasiment plus aucune chance de viser la première place et les quarts de finale que le club basque devrait manquer pour la première fois depuis 2009. La première place semble promise aux Sarries, qui se rendront à Trévise samedi prochain. Le BO, de son côté, n'a que très peu de chances de figurer parmi les meilleurs deuxièmes.

Malgré les seize points (1 essai transformé, 3 pénalités) du demi de mêlée Dimitri  Yachvili, les Biarrots ont chuté sur la pelouse du Vicarage Road. En plein redressement en championnat avec deux succès de rang, le BO a réalisé un bon premier quart d’heure (3-6, 15e) avant de souffrir en mêlée - avec un duel remporté par Carlos Nieto sur  Fabien Barcella - et dans le jeu direct. La volonté de jouer des coéquipiers de Yachvili a buté sur la défense agressive des anglais. Contrés sur leur lancement de jeu, les Biarrots ont été à court de solutions offensives. 

En face, les "Sarries", champions d'Angleterre en titre, ont assuré l'essentiel. Opportunistes à l'image à un essai du demi de mêlée Ben Spencer sur une perte de balle des Basques, les Anglais ont compté sur les cinq pénalités du centre Owen Farrell, récemment convoqué avec l'équipe d'Angleterre pour le Tournoi des six nations, pour faire la différence.

Regrets basques

"On a fait trop de cadeaux en début de match. On leur a donné des points  facilement et ce sont ces points qui nous manquent à la fin", a regretté  Damien Traille, capitaine du BO.

Sans Imanol Harinordoquy toujours blessé à un genou et avec  Marcelo Bosch à l'ouverture, la révolte fut comme souvent menée par Dimitri  Yachvili. Auteur de trois pénalités qui lui permettent de franchir la barre des 600 points inscrits en Coupe d'Europe, le demi de mêlée redonnait espoir à son  équipe en contrant son alter ego Peter Stringer pour franchir la ligne adverse avant l'heure de jeu.

Si l’arbitre irlandais Clancy ne sortait pas le carton jaune sur une plaquage haut du talonneur sud-africain Smit sur son homologue Heguy, Yachvili remettait son équipe à un point des Saracens (17-16, 68e). Sur une énième faute sifflée à la vitesse de l’éclair par Clancy, Farrel scellait la victoire (20-16). Une défaite pleine d’avenir malgré tout pour le BO qui peut viser une qualification pour le Challenge européen en cas de victoire sur les Ospreys.  C'est mieux que rien.

Voir la video

Mathieu Baratas