Biarritz déception Pro D2
Le Biarritz Olympique en difficulté | PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Biarritz, Bourgoin et Narbonne relégués en Fédérale 1

Publié le , modifié le

Rien ne va plus à Biarritz, Bourgoin et Narbonne, trois bastions de l'ovalie en France. En proie à des difficultés financières, ces clubs de Pro D2 ont été relégués à l'étage inférieur (Fédérale 1) par la Ligue nationale de rugby et la Fédération française. Ils ont dix jours pour faire appel de cette décision.

C'est un autre match qui commence pour Biarritz, Bourgoin et Narbonne. Celui de leur survie en Pro D2. Après examen de leur situation, le Conseil supérieur de la Direction nationale d'aide au contrôle de gestion (DNACG), le gendarme financier co-géré par la Ligue et la Fédération, s'est prononcé pour une rétrogradation en Fédérale 1. Une sanction qui n'est pas encore définitive puisque les clubs ont 10 jours pour faire appel de cette décision auprès de la Commission d'appel spécialisée en matière financière de la FFR.

Le BO a déjà tout prévu

Le Biarritz Olympique avait précédé de quelques minutes le communiqué de la LNR en assurant sur son site internet avoir "appréhendé ce problème depuis longtemps". Le BO "travaille activement à la régularisation de la situation sachant qu'une grosse partie de la solution provient d'un problème juridique plus que financier sur lequel nous ne désirons pas nous exprimer pour le moment", a promis le club cinq fois champions de France, dont la dernière fois en 2006. Relégué en Pro D2 en 2014, l'ancien club du vice-président de la FFR Serge Blanco connaît des difficultés financières récurrentes, qui se sont matérialisées notamment dans des retards de paiements des salaires.

Bourgoin et Narbonne dans la tourmente

De leurs côtés, Bourgoin et Narbonne n'ont pas encore réagi. Comme le BO, le CSBJ évolue depuis plusieurs années sur le fil du rasoir. Le club avait déposé le bilan et avait été mis en liquidation judiciaire en août 2012, ce qui avait déjà entraîné sa rétrogradation en Fédérale 1. Remonté en Pro D2 en 2013, il est cependant depuis régulièrement dans le viseur de la DNACG. Enfin, Narbonne, qui est détenu en majorité par un ancien international australien Rocky Elsom, est traversé cette saison par un important conflit entre ses secteurs amateur et professionnel. Après des négociations avortées avec un fonds d'investissement qatari, le club aurait du mal à boucler son budget.