Bernard Laporte réélu de justesse président de la Fédération française de rugby

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Laporte
Bernard Laporte ne lâche pas l'affaire | PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Bernard Laporte a été réélu pour quatre ans de justesse samedi à Marcoussis à la présidence de la Fédération française de rugby (FFR), devant son opposant Florian Grill. Laporte a été élu avec 51,47% des voix par l'assemblée générale, face au président de la Ligue Ile-de-France de rugby, à l'issue d'une campagne très tendue. De son côté, Grill n'exclut pas la possibilité d'un recours.

La liste menée par l'ancien sélectionneur (2004-2007) et ex-secrétaire d'Etat aux Sports (2007-2009) a raflé la majorité des 40 sièges du nouveau comité directeur, et Bernard Laporte a été désigné de nouveau président de la FFR. "Etre élu sur des promesses est une chose, être réélu sur un bilan en est une autre", a expliqué l'ex-coach de Toulon et du Stade français après sa victoire. "Les clubs n'ont pas été dupes. La démocratie a parlé. Je serai le président de tous les clubs", a-t-il ajouté. Son adversaire, Florian Grill n'a dans un premier temps pas commenté sa très courte défaite. 

Laporte a axé sa campagne sur trois engagements forts: "accompagner les clubs" (plan de relance de 35 millions, facilitation des formalités administratives...), "reconquérir le sommet du rugby mondial" (titres de champions du monde féminin en 2021 et masculin en 2023, double médaille olympique en 2024...) et "100.000 licenciés de plus en 2024", alors que le nombre de licenciés n'a cessé de diminuer depuis une décennie. La campagne avait été marquée par de nombreuses attaques des deux camps et la tension était montée d'un cran dans la dernière ligne droite avec la garde à vue de Laporte, notamment soupçonné d'avoir favorisé le club de Montpellier en intervenant auprès de la commission d'appel de la FFR pour faire diminuer des sanctions contre le club héraultais, fin juin 2017.

"La question d'un recours pourrait se poser"

Florian Grill avait de son côté du mal à s'expliquer cette défaite et surtout ce résultat très serré. Florian Grill a estimé, samedi à Marcoussis, que "la question" d'un recours "pourrait se poser". "C'est très serré, on nous avait annoncé 80%-20%. Il faut qu'on regarde précisément ce qu'il s'est passé, on a eu pas mal d'échos, de prises de paroles après la date de mardi soir minuit. J'ai besoin de temps pour réfléchir. Mais c'est sûr qu'on va regarder s'il y a lieu ou pas de faire quelque chose. Un recours ? C'est trop tôt pour en parler mais, vu la proximité des scores, la question pourrait logiquement se poser", a expliqué le candidat battu.
 

AFP