Bernard Lapasset aux "Affaires Etrangères"

Publié le , modifié le

Le président de l'International Rugby Board (IRB) Bernard Lapasset, artisan notamment de l'entrée du rugby à 7 au programme olympique, est intronisé ce mercredi "ambassadeur" du savoir-faire tricolore avec pour mission d'attirer en France les grands événements et pourquoi pas à terme, les JO.

Heureuse "coïncidence", la mission de l'ex-N.1 de la FFR est officialisée simultanément aux conclusions du rapport indépendant sur les échecs des candidatures olympiques de la France. Un audit commandité par le ministère des sports et le Comité national olympique et sportif (CNOSF) après le cuisant revers d'Annecy-2018 et qui préconise en premier lieu le transfert des responsabilités en matière de relations internationales, et de candidatures donc, de l'Etat vers le mouvement sportif. L'occasion au passage d'exaucer l'une des promesses de campagne du candidat François Hollande.

C'est le sens de la lettre de mission que la ministre des sports Valérie Fourneyron remettra mercredi soir à l'INSEP au président du CNOSF Denis Masseglia, entouré pour l'occasion de Guy Drut, membre du CIO et patron éphémère d'un bureau international voulu par l'ex-ministre Chantal Jouanno, et de Bernard Lapasset. Patron --réélu-- d'une discipline bientôt olympique, auteur d'une campagne achevée sur un plébiscite pour faire entrer son sport aux JO, organisateur de la très réussie Coupe du monde 2007 de rugby, trilingue, lobbyiste connu des principaux membres du CIO --où certains lui prêtent un avenir-, ce dernier a le profil idéal pour endosser le costume de premier ambassadeur du sport tricolore.