Marcoussis
Le terrain d'honneur du CNR de Marcoussis | FTVSPORT

Bègles-Bordeaux à une marche du Top 14

Publié le , modifié le

Bordeaux-Bègles a créé la surprise en battant dimanche le favori, Grenoble (19-12) à domicile sur sa pelouse de Lesdiguières, et s'est qualifié pour la finale d'accession au Top 14 de rugby . Les Girondins qui avaient terminé à la 5é et dernière place qualificative de la saison régulière du championnat de Pro D2, rencontreront Albi, vainqueur samedi (21-16 après prolongation) de Mont de Marsan dans l'autre demi finale.

Le vainqueur de cette finale, disputée le dimanche 22 mai (15h10) à Agen, rejoindra le Lyon OU en Top 14. Après avoir réalisé une phase régulière remarquable, les hommes de Fabrice Landreau avaient pourtant la faveur des pronostics pour le compte des demi-finales d'accession. Mais les Isérois ne sont jamais parvenus à entrer dans la rencontre, laissant l'initiative à leurs hôtes girondins. 

Landreau: "meilleurs que nous"

Très rapidement mis sur orbite par un essai de Carballo consécutif à un ballon de récupération (15e), les Bordelais ont sans cesse fait la course en tête, empêchant les Grenoblois de prendre les commandes du jeu et du tableau d'affichage, grâce notamment à une application défensive et une grande rigueur offensive. Dalla-Riva, par sa botte, a quelquefois entretenu l'illusion, mais les joueurs de Bordeaux-Bègles étaient clairement supérieurs, dans tous les compartiments du jeu. Les Grenoblois ne parvenaient pas à inverser la tendance laissant le contrôle des opérations aux Girondins. "Aujourd'hui, nous n'avons rien gagné, nous avons simplement éliminé Grenoble de la course au titre", a déclaré à l'issue du match Marc Delpoux, le manageur bordelais. "Nous ne sommes pas déçus, parce que Bordeaux nous était supérieurs. Nous n'avons jamais su trouver les clés du match et nous avons subi leur loi", a indiqué pour sa part son homologue Fabrice Landreau.

Réactions

Marc Delpoux (manageur de Bordeaux): "Cette équipe s'est faite à Grenoble, lors du match aller au mois de septembre, et je trouve symbolique que l'on vienne accrocher la finale aujourd'hui (Dimanche, ndlr) au même endroit. Les joueurs ont pris conscience de la Pro D2 un jour de septembre à Grenoble. Cette victoire restera gravée dans les mémoires, parce qu'elle s'est construite dans la douleur. Mais aujourd'hui, nous n'avons rien gagné, nous avons simplement éliminé Grenoble de la course à l'accession."

Fabrice Landreau (manageur de Grenoble): "Nous ne sommes pas déçus parce que Bordeaux nous étaient supérieurs. Nous sommes simplement tristes, car nous voulions que la fête soit réussie. Nous n'avons jamais su trouver les clés du match mais par rapport au contexte et à la physionomie de la rencontre, il n'y a rien à redire. On a subi la loi de Bordeaux, qui a su profiter de la multitude de ballons rendus et de nos approximations dans beaucoup de domaines. A aucun moment nous n'avons pu créer le doute dans leurs esprits."

Marc Chérèque
(président de Grenoble): "Nous sommes passés à côté du match, c'est une belle saison qui s'achève en queue de poisson. L'enseignement que je tire est qu'il vaut mieux finir 1er pour s'éviter ce genre de mauvaise surprise. Aujourd'hui, nous avons été moins bons que Bordeaux, et nous allons nous remettre au travail pour viser la 1ere place la saison prochaine."

AFP