RC.Vannes
La joie des supporteurs de Vannes après la victoire de leur équipe, synonyme de montée en ProD2 | Maxppp - Nicolas Créach

Avec Vannes, la Bretagne entre en Ovalie

Publié le , modifié le

Terre de football depuis un siècle, la Bretagne vient enfin de gagner ses lettres de noblesse en Ovalie, avec l'accession du Rugby Club de Vannes en ProD2. Une belle histoire patiemment construite, et qui va modifier la géographie du rugby. Car hormis ceux de la Région parisienne, aucun club de la partie nord n'avait encore atteint le haut niveau, l'avènement du professionnalisme.

Dans le Golfe du Morbihan, d'irréductibles amateurs du ballon ovale résistent depuis longtemps à la mainmise des envahisseurs du foot. Les voilà récompensés d'avoir insister dans leur travail pour parvenir à donner une visibilité au RC.Vannes, qui avec cette accession va se trouver mis en lumière. Depuis plusieurs années déjà le club vannetais faisait partie des valeurs sures de Fédérale 1. Mais dans un championnat difficile à l'issue duquel seuls deux équipes sont promues, il faut que tous les paramètres soient réunis en même temps pour réussir.

La réussite d'un projet

Ce fut donc la bonne année pour Vannes qui a d'abord dominé sa poule, avant de parfaitement bien gérer la suite. Leur victoire d'un petit point en finale aller à Massy a mis les Bretons dans les meilleures dispositions. Pour donner un peu plus de poids à la performance, le match retour dimanche a donné lieu à son lot de dramaturgie, avec une meilleure entame des Franciliens qui, jusqu'à la 53e minute du match avaient un pied en ProD2. Puis les joueurs de Vannes ont marqué l'essai de la gagne et vu leur buteur maison Claverie enquiller trois drops... De le belle ouvrage. Artisanale peut-être mais au combien efficace et surtout une méthode victorieuse suffisante pour le public d'un club aux vertus de convivialité, un club sans prétention.... Qui va pourtant devoir s'en fixer désormais. Car une fois passée l'euphorie, Vannes va devoir penser à l'avenir. C'est là que les choses sérieuses vont commencer, que l'approche de la compétition va devenir plus dure. Dans la gestion d'un championnat costaud, où les Bretons vont retrouver des clubs dont les noms portent un passé conséquent marqué de succès (Béziers, Mont-de-Marsan, Bayonne, Biarritz, Narbonne ou encore Dax), mais aussi dans la  construction de l'équipe pour que celle-ci puisse rivaliser et peut-être pérenniser sa place à ce niveau.

Du côté du RC.Vannes malgré tout, en regardant de près ce projet débuté il y a vingt-ans, par une accession en Fédérale 2, puis dix ans plus tard avec la montée en Fédérale 1, et enfin conclu -provisoirement- par celle en ProD2 en 2016, si l'on veut être superstitieux, on peut, peut-être espérer être entrer dans un nouveau cycle de dix ans.

Christian Grégoire