Serge Simon, vice-président de la FFR
Serge Simon, vice-président de la FFR | PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Affaire Altrad - Laporte : Les domiciles de Serge Simon et Claude Atcher perquisitionnés

Publié le , modifié le

Après Bernard Laporte et Mohed Altrad, la justice s’intéresse à Serge Simon et Claude Atcher, dans le cadre de l’affaire Altrad-Laporte. Et cela pourrait requalifier l’enquête judiciaire menée sur ces dirigeants du rugby français.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Altrad-Laporte. Près de trois mois après les perquisitions menées par la police judiciaire aux domiciles de Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, de Mohed Altrad, président du club de Montpellier, mais aussi aux sièges de l’entreprise Altrad et de la FFR, la justice s’intéresse à deux autres proches de Laporte : Serge Simon et Claude Atcher. Les domiciles du vice-président de la FFR et du pilote de l’organisation de la Coupe du monde 2023 (qui aura lieu en France) ont été perquisitionnés, comme le rapporte L’Equipe, ce jeudi.

Le maillot du XV de France au coeur de l'enquête ?

Le quotidien avance que l’intérêt de la justice pour Simon et Atcher pourrait changer la nature de l’enquête de départ, même si ces perquisitions ne signifient pas une implication avérée des deux hommes. Désormais, « l’affaire paraît s’étendre notamment aux deals commerciaux et aux partenariats noués, entre autres, autour de la vente du maillot des Bleus. » Un maillot sponsorisé par… Altrad, seul candidat. Il faut dire que l'appel d'offre avait été rapide : à peine plus de deux semaines, pour un investissement estimé à 60 millions d'euros. Seul le géant du BTP avait candidaté. Des soupçons sur un accord passé dès cet été entre l'entrepreneur et la FFR subsistent.

Claude Atcher, pilote de l'organisation de la Coupe du monde 2023
Claude Atcher, pilote de l'organisation de la Coupe du monde 2023 © Glyn KIRK / AFP

Pour rappel, au départ de l’affaire, ce sont des soupçons de conflits d’intérêts et de favoritisme qui pesaient – et qui pèsent toujours – au-dessus de Laporte et Altrad : le président de la FFR aurait influencé une décision de la commission d’appel de la Fédération en faveur du club de Montpellier, alors même que Laporte et Altrad sont liés par un contrat d’image. Mais pour l’heure, c’est surtout l’image du rugby français qui est écornée.