Jean-Pierre Rives 2015
Jean-Pierre Rives | MIGUEL MEDINA / AFP

Accusation de dopage : Jean-Pierre Rives fait condamner Pierre Ballester

Publié le , modifié le

L'ex-international français Jean-Pierre Rives a obtenu, ce mercredi, la condamnation pour diffamation du journaliste Pierre Ballester, qui l'accuse de dopage dans son livre "Rugby à charges" publié en mars dernier. Ballester, chantre de l'anti-dopage, a été condamné à verser un euro de dommages et intérêts à Jean-Pierre Rives et un communiqué judiciaire sera publié dans deux journaux dont l'ancien rugbyman aura le choix.

Sur les 293 pages de l'ouvrage de Pierre Ballester, Jean-Pierre Rives considérait que 4 passages étaient diffamatoires à son encontre. Dans les passages incriminés, le journaliste affirme que Jean-Pierre Rives, comme plusieurs autres joueurs du XV de France de l'époque,  a eu recours durant sa carrière à des amphétamines. Les sources de Ballester ? Des déclarations d'Hubert Vidalin, ancien médecin de l'ASM Clermont. Ce dernier aurait déclaré avoir vu "Jean-Pierre Rives avaler six Captagon de rang dans les  vestiaires d'avant match". Des propos que Vidalin avait finalement démentis. 

A l'audience, le médecin du sport Pierre de Mondenard a déclaré que  Jean-Pierre Rives lui a affirmé le 17 janvier 1978 qu'il prenait du captagon.  Mais ce témoignage "ne saurait constituer la preuve de la vérité de ce fait",  ont estimé les juges, qui rappellent notamment que Jean-Pierre Rives "affirme  n'avoir aucun souvenir de cette rencontre". 

Par ailleurs, le tribunal de grande instance de  Paris a réfuté le caractère sérieux de l'enquête du  journaliste, ainsi que sa bonne foi. 

Alors que Jean-Pierre Rives réclamait  au total 450.000 euros de dommages et intérêts dans cette affaire, il ne percevra finalement qu'un euro de dommages et intérêts. Il pourra également, dans deux journaux de son choix, faire paraître un communiqué judiciaire faisant état  de la décision du tribunal.

Isabelle Trancoën