Anthony Roux (FDJ) échappée TDF 2011
Anthony Roux (FDJ) | AFP - Joël Saget

Roux : "Ca m'a fait du bien de me bouger"

Publié le , modifié le

A l'initiative de l'échappée du jour, Anthony Roux s'est offert une belle journée aux avant-postes, ce jeudi, entre Dinan et Lisieux. Si, en compagnie de ses 4 compagnons, il n'a pu aller jusqu'au bout, le coureur de la FDJ a néanmoins fait belle figure en remportant notamment le sprint intermédiaire et le le deuxième grand prix de la montagne.

Racontez-nous votre échappée ?
« L’échappée d’aujourd’hui n’a pas été grandiose. Ca a été long … J’ai cru que ça allait aller jusqu’au bout car on avait pas mal de temps (NDLR : jusqu'à 10 min). Mais le problème c’est qu’on avait deux coureurs de Vancansoleil avec nous. Ils ont joué la carte pour le maillot des grimpeurs. Et ils ont bien joué le coup. Tant mieux pour eux mais c’est dommage pour l’échappée. On s’est quand même fait reprendre assez tôt. A cinq, on aurait pu aller plus loin. Surtout sous la pluie. Quoi qu’il en soit, ça m’a fait du bien de me bouger comme ça. »

Aujourd’hui il y a avait des points à prendre. Vous y avez pensez à ce maillot à pois ?
« Oui. Je me suis dit que si c’était groupé à 500m, j’allais le faire et ne pas cracher dessus. Mais Jonny Hoogerlandt est parti assez tôt sur le premier grimpeur et Lieuwe Westra a parfaitement joué le rôle de coéquipier. Je me suis fait avoir sur le premier grimpeur. Ensuite, j’ai gagné le suivant mais c’est un peu dommage. »

On a beaucoup vu la FDJ cette semaine.
« C’est sûr qu’on montre beaucoup le maillot depuis le début du Tour mais on n’est pas là que pour ça. Il faut maintenant qu’on fasse des résultats. On passe souvent à l’offensive et j’espère  vraiment que nos efforts se concrétiseront bientôt. »

L’an passé, tu as été lanterne rouge pendant le Tour. Aujourd’hui, tu as été un des principaux animateurs de l’étape. C’est une belle évolution.
« Je progresse, c’est sûr. L’année dernière, j’étais venu sur le Tour en méforme. Cette année, la forme est là. Il faut que j’en profite. »

Isabelle Trancoën