Pierre Rolland (Europcar) dans le chrono de Grenoble
Pierre Rolland (Europcar) dans le chrono de Grenoble | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Rolland - Peraud, duo gagnant

Publié le , modifié le

Cela faisait bien longtemps que les équipes françaises n’avaient pas été aussi présentes dans le haut du tableau. Conséquence directe, Europcar, AG2R-La Mondiale et Cofidis se sont battus à coup de secondes pour prendre la 10ème place du Tour de France, accrocher le maillot blanc, voire les deux.

Pierre centrale de ce match à trois, Pierre Rolland avait toutes les cartes en main au départ du contre-la-montre de Grenoble. Le vainqueur à l’Alpe d’Huez portait le maillot blanc avec 1’33’’ d’avance sur Rein Taaramae et devançait Jean-Christophe Peraud de 45’’ pour la 10ème place. Après la perte du maillot jaune, l’équipe Europcar pense davantage au maillot blanc qu’à un top 10. Et pour cause, Thomas Voeckler est toujours quatrième du général. « Ce matin il était on ne peut mieux, confiait son directeur sportif Dominique Arnould. Euphorique. Il va défendre ce maillot blanc même si ce n’est pas un spécialiste. » Pas un spécialiste du chrono mais un bon grimpeur sur un parcours accidenté. Et surtout, il avait l’avantage de la fraîcheur. Uniquement concerné par le top 10, un des deux objectifs d’AG2R sur ce Tour de France, Jean-Christophe Peraud avait lui une grosse pression sur les épaules. Stressé par l’enjeu et un genou douloureux, le Toulousain avait passé une mauvaise nuit. Avec son immense expérience de la course, Vincent Lavenu avait donc choisi de laisser son coureur en paix. « On ne leur met pas la pression, ils se la mettent tout seul. Jean-Christophe connaît très bien l’enjeu, la 10ème place. Il est tracassé par son genou et j’espère qu’il ne va pas trop se polariser sur ce sujet là. Bien sûr, il va attendre les temps de référence de Taaramae et Rolland. »

Parti comme une balle, Rein Taaramae a placé d’entrée la barre très haut, dans le haut du panier des gros rouleurs. En tête sur ses deux rivaux au premier pointage de Vizille (km15), l’Estonien espérait renverser deux montagnes. Elles étaient trop solides pour le rouleur de l’équipe Cofidis, décidément très malheureuse sur ce Tour de France. Champion de France de l’exercice en 2010, Peraud a livré un magnifique contre-la-montre, dépassant même le Suisse Fabian Cancellara à l’arrivée. Une vraie référence. « Il y a peu de pointage sur le circuit. C’était dur d’avoir des écarts, confiait l’ancien vététiste, 6e de cette étape. J’ai fait un beau chrono, très homogène. Je suis parti fort et j’ai réussi à tenir la distance. C’est la motivation de l’objectif qui m’a fait tenir l’intensité d’un effort aussi dur. » Peraud 10e, il restait un maillot blanc à défendre pour Pierre Rolland. Informé en permanence des temps de passage de Taaramae, le maillot blanc dosait parfaitement son effort. S’il concédait régulièrement du temps sur l’Estonien (47’’ au total), sa tunique n’était réellement jamais mise en danger. Ce sera lui sur le podium à Paris. "Ce qui a joué, c'est la fraîcheur. Je me suis battu pour garder ce maillot." Une magnifique récompense pour ce jeune homme de 24 ans, le plus grand espoir du cyclisme français.