Pierre Rolland 072012
Pierre Rolland | MAXPPP - Alexandre Marchi

Rolland en veut plus

Publié le , modifié le

On a beau terminer meilleur français du Tour et remporter l’étape reine de la montagne, il peut rester de la déception. Perfectionniste et ambitieux, Pierre Rolland attend déjà l’édition du centenaire de pied ferme.

Leader de plus en plus affirmé d’Europcar, Pierre Rolland est déterminé. S’il hésite encore à dire qu’il veut gagner le Tour dans les prochaines années, ça ne fait aucun doute qu’il y travaille d’arrache-pied. Malgré son beau bilan, il éprouve des regrets. « C’est un mélange de satisfaction et de déception, nous a-t-il confié sur les Champs-Elysées. Cette chute à Metz va m’obséder un moment. J’ai hâte d’être à l’année prochaine et que tout se passe bien. » A cause de cette chute et ces quelques minutes envolées, ce n’est pas un top 10 mais bien un top 5 qui était envisageable.

En constante progression, Rolland peut-il viser la victoire dès l’an prochain ? L’Orléanais ne veut pas encore y penser, notamment à cause de ces lacunes en contre-la-montre. « Je suis dans une progression logique. Je veux jouer les premiers rôles sur le Tour mais je resterai toujours un petit outsider pour une place, a-t-il indiqué. A moyen terme, on verra si j’en ai les capacités. Je ne me projette pas aussi loin. Je vais donner le meilleur de moi-même et on verra où ça me mènera. » Grâce à la confiance de l’équipe, il sait déjà qu’il avance en toute sérénité. « Leader de l’équipe, je l’ai revendiqué. On était leaders avec Thomas et jamais tout au long du Tour on a laissé tomber. Même après Metz où je n’étais vraiment pas bien. Je me suis dit que ce n’était pas possible d’avoir fait tout ça pour que je me dégonfle maintenant. Même si j’ai mal et si je souffre, je vais passer au dessus de tout ça. Jean-René disait après 2011 que ce ne serait plus jamais le même Pierre. Après 2012, ce sera différent. »

Future star du vélo avec Thibaut Pinot dans sa roue, Pierre Rolland demande juste un peu de patience. « Avec Thibaut, on était là juste derrière les deux plus forts. Il ne faut pas le brûler. Comme moi, des fois il faut nous laisser tranquille », explique-t-il. Après trois semaines intenses, le grimpeur d’Europcar va couler quelques jours heureux à Disneyland avant de disputer quelques critériums. Ensuite il sera temps de reposer et de jeter les bases d’un Tour 2013 déjà très attendu.