Zverev Thiem
Dominic Thiem et Alexander Zverev. | Oscar Barroso / SpainDPPI / DPPI

Roland-Garros : Zverev-Thiem, les nouvelles terreurs

Publié le , modifié le

Sans Roger Federer, la voie vers un onzième titre à Roland-Garros s'annonce royale pour Rafael Nadal, à partir de dimanche. Impérial sur terre, le Majorquin ne semble avoir qu'une poignée d'adversaires à sa mesure. Parmi eux, Alexander Zverev et Dominic Thiem, visages d'une nouvelle génération conquérante, se présentent déjà comme ses principaux concurrents. Avec, dans un coin de leur tête, l'idée d'imiter Söderling et Djokovic, seuls tombeurs de l'Espagnol à Paris.

Federer ? Il se réserve pour Wimbledon. Cilic ? Il n'a jamais passé les quarts à Paris. Del Potro ? Il n'a quasiment pas joué sur terre cette saison. Alors qui ? Qui pourra contester la suprématie annoncée de Rafael Nadal, promis à un onzième titre à Roland-Garros ? 

Inutile d'éveiller un suspense. Si le Majorquin est à 100% à Paris, il devrait croquer avec satiété tous ses adversaires. Impérial sur toute la campagne de terre battue (Vainqueur à Monte-Carlo, Barcelone et Rome), il n'a pas d'équivalent à son meilleur niveau. Et pourtant. Le Taureau de Manacor a subi une seule défaite, cinglante, à Madrid, un autre de ses fiefs : une défaite en deux sets. Son bourreau ? Dominic Thiem, 24 ans et 8e mondial.

Thiem, le vrai challenger

Énorme cogneur, Thiem a étouffé Nadal, frappant comme un sourd pour empêcher la mise en place du lift de Nadal. Une stratégie qui avait déjà fonctionné en 2017 à Rome, où il l'avait éliminé dans la même configuration. A-t-il trouvé la recette ? Il en a en tout cas les ingrédients. 

Un problème - et de taille - subsiste : maintenir cette intensité sur trois sets. Thiem ne l'a jamais fait. Pire, il a été étrillé par l'Espagnol en demi-finale à Paris en 2017 (6-3, 6-4, 6-0). Toujours est-il qu'il est celui qui a le plus bousculé Nadal sur terre. C'est simple : depuis deux ans, il est le seul joueur à l'avoir battu sur l'ocre. De quoi lui conférer le statut d’adversaire numéro un pour la quinzaine.

Zverev, année faste

Car, selon le classement ATP, le principal adversaire de Nadal, ce n'est pas lui mais Alexander Zverev. A seulement 21 ans, l'Allemand longiligne (1,98 m) est déjà solidement accroché à la troisième place mondiale, juste derrière "Rafa" et "Roger". Excellent sur toutes les surfaces, il a réalisé sa meilleure saison de terre battue : deux titres (Munich et Madrid), une finale (Rome) et une demie (Monte-Carlo). Le voilà 1er à la Race*, juste devant Nadal et Federer. 

Défait de justesse par Nadal à Rome (1-6, 6-1, 3-6), dans un match arrêté par la pluie qu'il dominait, le natif de Hambourg dispose d'un avantage et d'un inconvénient. L'avantage, c'est qu'il sera dans l'autre partie de tableau, car tête de série n°2, ce qui signifie qu'il n'affronterait l'Espagnol qu'en finale. 

Sans aucun doute, Rafa (Nadal) sera le favori. Je serai quant à moi de l’autre côté du tableau, c’est déjà positif. Mais là-bas je me consacrerai à un match à la fois. J’espère être en mesure de jouer le même tennis que celui des trois dernières semaines”, s'est rassuré Zverev.

L'inconvénient, et il est de taille, ce sont ses médiocres résultats en Grand Chelem. Comme si sa progression ne se limitait qu'aux Masters 1000, qu'il a déjà remporté trois fois (Rome et Montréal 2017, Madrid 2018). Bloqué à la porte des grands tournois. Son meilleur résultat en dit long : un huitième de finale à Wimbledon face à Milos Raonic en 2017. Pour beaucoup de contre-performances. Les choses doivent changer, Zverev le sait. En plein confiance, son heure a sans doute sonné.

Shapovalov et Edmund sont prêts 

Derrière les deux nouvelles terreurs du circuit, d'autres jeunes aux dents longues poussent la porte. Hyeon Chung (22 ans), forfait à Roland-Garros, est déjà 19e mondial (et 8e à la Race). Kyle Edmund (23 ans), demi-finaliste en Australie, a gravi 33 places depuis janvier : il est 17e. Sur terre, il a battu Pouille, Djokovic et Goffin. Rien que ça. Enfin, Denis Shapovalov (19 ans), 51e en début d'année, est désormais 26e, battant notamment Querrey, Raonic et Berdych.

Aucun de ces trois-là ne devrait réellement contrarier le maître des lieux d'ici le 10 juin. Mais il y a fort à parier qu'ils vont prendre date pour l'avenir. Quant à Zverev et Thiem, l'avenir s'inscrit déjà au présent. Reste à gravir l'infranchissable.

* Classement Race : classement des points obtenus sur l'année civile remis à zéro chaque 1er janvier.

Théo Gicquel @@theoogicquel