Stan Wawrinka
Stan Wawrinka | AFP - DPPI MEDIA - BACKPAGE IMAGES LTD - ELLA LING

Wawrinka, un dernier carré en toute sérénité

Publié le , modifié le

Après un début de tournoi délicat, Stan Wawrinka a passé la vitesse supérieure, pour se qualifier pour les demi-finales de Roland-Garros. Face à Albert Ramos-Vinolas, qui ne l'avait jamais battu en six rencontres, le tenant du titre s'est imposé avec autorité 6-2, 6-1, 7-6 (9/7). Il affrontera le N.2 mondial, l'Ecossais Andy Murray, tombeur de Richard Gasquet (N.9) 5-7, 7-6, 6-0, 6-2.

"Je rentre sur le terrain pour gagner, pas pour briller ou faire des coups incroyables mais pour gagner le match." Stan Wawrinka n'est pas à Paris pour amuser la galerie. Ni pour faire de la figuration. Malgré une saison très discrète sur terre battue (élimination sèche contre Nadal en quarts de finale à Monte-Carlo, à son entrée en lice à Madrid, à son 2e tour à Rome), le Suisse a retrouvé le chemin de la victoire et de la confiance grâce à sa victoire à domicile, à Genève, la semaine précédant les débuts des Internationaux de France. Et après son premier tour angoissant face à Lukas Rosol, il monte peu à peu en régime. Pour se placer, après les divers retraits ou forfaits (Nadal, Federer, Tsonga, Monfils), comme l'un des favoris pour conserver sa couronne.

Vidéo: Wawrinka supérieur

Albert Ramos-Vinolas s'en est clairement aperçu. A Genève, voici quinze jours, il n'avait marqué que deux jeux face à l'Helvète. Cette claque n'était pas à l'image de leurs précédents duels plutôt accrochés, même si Wawrinka n'avait jamais perdu en six matches contre l'Ibère. "C'est un joueur très dangereux. C'est un joueur qui, de l'extérieur, ne donne pas l'impression qu'il va être dur mais quand on joue vraiment contre lui, c'est un adversaire difficile." Voilà ce que le 4e mondial disait du 55e au classement ATP avant leur septième face-à-face. Pendant deux sets, l'Espagnol n'a pas vu le jour. 6-2, 6-1, la correction était à portée de main, d'autant que "Stanimal" avait réalisé le break pour mener 4-2. Mais d'un coup, la machine s'est un peu enrayée. Trois jeux perdus consécutivement, l'heure devenait sérieuse, et le tenant du titre réagissait en dévorant son jeu de service sans céder un point (5-5), puis un seul pour disputer le jeu décisif. Avec sa patte gauche, Ramos-Vinolas pilonnait le revers de Wawrinka, qui finissait par commettre de nombreuses fautes sur son coup fort. 

"Je joue bien. Physiquement et tennistiquement, le niveau est là quand il faut. Mentalement, il y a eu des petits hauts et des petits bas. Si je regarde depuis le début du tournoi, quand il a fallu être présent, je l'étais. Je sais que je peux resserrer les boulons quand cela devient très dur, pour que ce soit encore plus performant." Stan Wawrinka disait cela après sa qualification pour les quarts de finale. Il n'a pas changé d'avis après sa qualification pour les demi-finales, en ayant raflé ce jeu décisif, au bout du suspense et en ayant sauvé deux balles de set, après une dernière faute de coup droit de son adversaire. "Aujourd'hui, le match a été très bon. J'ai joué un bon tennis. J'étais bien concentré sur le court, je me déplaçais bien, je suis content de ce que je fais pour l'instant et d'avoir atteint à nouveau les demi-finales, c'est très bon pour moi. Ce qui a été très bon de ma part, c'était ma concentration dans les choix que je prenais, dans ce que je faisais."