Stan Wawrinka, Serena Williams et Rafael Nadal
Stan Wawrinka, Serena Williams et Rafael Nadal | AFP

Wawrinka, Serena, Nadal: Le carnet de notes de Roland-Garros

Publié le , modifié le

Deux semaines à combattre sur la terre battue parisienne pour les 264 joueurs et joueuses de ce Roland-Garros 2015 et deux lauréats seulement. Si Serena Williams et Stan Wawrinka sont évidemment félicités par le jury, d'autres s'en sortent bien. C'est plus dur pour Maria Sharapova, Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Félicitations du jury

Comment ne pas mettre Stan Wawrinka tout en haut de ce carnet de notes ? Le Suisse, tête de série numéro 8, a réalisé le tournoi parfait pour remporter le deuxième tournoi du Grand Chelem de sa carrière. Sa victoire face à Novak Djokovic en finale marquera les esprits pendant longtemps. En 19 matches face à des numéro un mondiaux, Wawrinka n’en a remporté que deux. Deux fois en finale de Grand Chelem. Vous avez dit mental de fer ? 

Pour Serena Williams, la victoire était plus attendue mais elle a été dure à se dessiner, notamment en fin de tournoi. Grippée, l’Américaine a dû aller puiser loin dans ses ressources pour remporter le troisième Roland-Garros de sa carrière, le vingtième majeur pour elle. Plus que jamais, la cadette des sœurs Williams règne sur le tennis féminin. 

Reçus avec mention

Elle n’a pas remporté Roland-Garros mais elle peut être contente de sa quinzaine. Lucie Safarova n’est tombée qu’en finale du tournoi féminin. Qui plus est face à Serena Williams. Révélation du circuit mondial à 16 ans, la Tchèque peut désormais être une joueuse qui compte.

Pour Timea Bacsinszky, c’est encore différent. La Suissesse n’avait jamais fait mieux qu’un 3e tour en Grand Chelem ! Elle éntre dans le dernier carré ici Porte d’Auteuil et elle a même pris un set à Serena Williams, la joueuse aux vingt majeurs. A 25 ans, Bacsinszky entre dans la meilleure partie de sa carrière. Andy Murray lui se gratte sans doute la tête, cherchant des solutions pour battre Novak Djokovic. Le Serbe s’est mis sur la route du Britannique en demi-finale. Néanmoins, avec une seule défaite sur sa saison de terre battue, « Muzz » peut se targuer d’avoir réalisé une superbe saison sur la surface qui lui sied le moins. Avant Wimbledon, c’est de bon augure.

Encouragements

Eux aussi repartent de Roland avec le sourire. Ana Ivanovic et Kei Nishikori ont échoué respectivement en demi-finale et en quart de finale mais ils ont pris ou repris leurs marques sur la terre battue parisienne. La Serbe, vainqueur en 2008, a retrouvé ses sensations et sera une adversaire à suivre l’année prochaine. Le jury y croit ! Pour Kei Nishikori, la marche Tsonga était trop haute. Devant son public, le Français était trop fort pour le Japonais mais après une finale à l’US Open en 2014, le 5e joueur mondial a atteint deux fois le Top 8 en 2015. Une bonne base de travail.

Elle était une inconnue du grand public avant Roland-Garros. Alison Van Uytvanck a fait une entrée tonitruante dans le gratin mondial grâce à son premier quart de finale en Grand Chelem. La Belge a profité d’un tableau ouvert et devra poursuivre son travail pour réitérer cette superbe performance.

Ils ont régressé

Ils étaient les premiers de la classe en 2014, Maria Sharapova et Rafael Nadal ont dangereusement régressé cette saison. Sortis respectivement en huitième et en quart de finale, les vainqueurs sortants n’ont pas brillé sur la terre battue cette saison. Si c’était attendu pour un « Rafa » à qui le tirage au sort avait offert un duel face à Djokovic dès les quarts de finale, ça l’était moins pour la diva russe. Eliminée par la future finaliste, Lucie Safarova, Maria Sharapova a traversé Roland-Garros comme une relative anonyme. Le jury attend un sursaut en 2016 !

Pour Rafael Nadal, les symptômes sont plus anciens. Pas à l’aise depuis le début de saison, le nonuple vainqueur Porte d’Auteuil, avait aussi connu une préparation sur terre difficile. Neuf succès en onze éditions, difficile de blâmer Nadal. Tout Roland-Garros attend la "décima" en 2016

Enfin, comment ne pas évoquer le cas Novak Djokovic ? Le placer dans cette catégorie pourrait paraître cruel mais si Novak a dominé son grand rival, Rafa, il a aussi échoué à soulever la coupe des Mousquetaires. En finale, il a manqué de décontraction et a rencontré un joueur qui jouait le feu. On a du mal à imaginer à quel point il doit être déçu mais « Nole » devra revenir en 2016 s’il veut remporter les quatre Grands Chelems.