TOP 15 RG15 Montage photos
Cette année encore, l'ensemble des joueuses et des joueurs présents ont proposé un fabuleux spectacle Porte d'Auteuil. | AFP / MONTAGE FRANCETVSPORT

VIDÉO – Notre Top 15 des meilleurs moments du Tournoi !

Publié le , modifié le

ROLAND-GARROS 2015 – Quinze jours de Tournoi exceptionnels. 2015 est encore une fois un cru de grande qualité pour les Internationaux de France. Stan Wawrinka incroyable, Tsonga fabuleux, et aussi des gestes majestueux, des échanges dantesques et des faits insolites, cette Quinzaine nous a clairement régalés ! Du coup, histoire de conclure en beauté, on vous propose notre dernière séance d'immense plaisir : le meilleur de la Quinzaine en quinze extraits qui ont marqué ce Tournoi 2015 ! De quoi patienter un petit peu jusqu’à l’année prochaine !

1. Revers sacré

À l’image de sa fabuleuse finale, mais aussi à l’image de toute sa Quinzaine, Stan Wawrinka a donné une véritable leçon de revers à une main ! Symbole de sa réussite dans l’exercice, un énième revers gagnant long de ligne somptueux qui lui a offert son premier titre à Roland-Garros. Le plus important de sa carrière sans aucun doute donc sa place tout en haut de notre classement est plus que méritée.

2. Quand réussite rime avec génie

Sans aucun doute LE plus beau point de ces Internationaux de France : une volée surréaliste du Polonais, Lukascz Kubot, par derrière son dos ! Magique au point que Bob Bryan se prosterne sur la terre ocre du court n°1…

3. Le fameux coup entre les jambes…

Nick Kyrgios, vous ne le connaissez pas ? Il peut être comparé au « Monfils » australien, en plus jeune. À 20 ans, Kyrgios fait déjà le show, et illumine les courts par son talent. Il aura d’ailleurs inscrit l’un des plus jolis points du Tournoi sur un coup entre ses jambes !

4. Murray l’extraterrestre

Tout le monde s’attendait à un vrai choc des titans entre le numéro un mondial et le troisième à l’ATP, Andy Murray. Pas raté, la bataille a bien eu lieu. En fin de troisième manche, Andy Murray s’est transcendé, s’est métamorphosé ! A l’image de ces quatre points fantastiques, L’Ecossais s’est tout simplement démultiplié en défense pour pilonner dans tous les sens un « Djoko » impuissant et relançait la partie au grand bonheur du public présent dans le Chatrier.

5. Larmes serbes

Émotion pour Novak Djokovic grand champion, mais finaliste malheureux. Au moment de recevoir le trophée du second, le Serbe, sous l’ovation d’un Central qui salue le joueur fantastique qu’il est, craque et laisse échapper quelques larmes. Une séquence poignante… C’est aussi ça le sport !

6. Cris, acharnement et spectacle

Un duel acharné. Voilà comment qualifier la rencontre entre Francesca Schiavone et Svetlana Kuznetsova. À 7-7 dans le 3e set, les deux joueuses ont trouvé encore des ressources mentales et physiques pour frapper dans tous les sens. Qui a dit que le tennis féminin n’était pas spectaculaire ?

7. « Roland, je t’aime ! »

Une belle victoire mérite toujours une superbe célébration. Jo-Wilfried Tsonga, auteur d’un superbe exploit en quarts contre le numéro cinq mondial, Kei Nishikori, a souhaité rendre immédiatement un hommage aux fans de Roland-Garros. Du coup, il s’est essayé au dessin… Un long dessin mais tellement magique ! Une vraie séquence de communion comme on les aime et qui restera dans les mémoires…

8. Le Roi de l’ocre déchu

Avant la finale, il s’agissait tout simplement DU choc tant attendu : Novak Djokovic opposé au grand maître de la terre battue parisienne, Rafael Nadal, neuf fois titré à Roland-Garros. Un choc qui s’est soldé par une immense sensation à savoir la chute du Roi Nadal en trois sets… Et pour symboliser la supériorité du Serbe durant leur confrontation, pas mieux que cet échange surréaliste remporté à la détermination et au talent par Djoko.

9. La jolie cuillère… Ou pas !

Incontestablement une des images les plus insolites du Tournoi ! Malmenée par Veronica Cepede Royg, Virgine Razzano s’est finalement imposée en trois sets… Et juste avant de conclure, la Française réalise une double-faute… Sur un service à la cuillère ! Improbable mais particulièrement hilarant…

10. Défense puis revers à une main : « Jo » a tout donné !

Juste avant de sortir Nishikori, Jo-Wilfried Tsonga avait déjà fait chavirer le cœur des Français en éliminant avec autorité la tête de série n°4 Tomas Berdych ! Le Sarthois a écœuré le Tchèque la quasi-totalité de leur confrontation. Symbole de la domination du Manceau, ce passing surréaliste venu de nulle part et après une défense mémorable. Splendide !

11. Saleté de terre battue !

Quand Alizé Cornet perd ses nerfs, elle ne fait pas semblant. La numéro un française nous a montré le meilleur… Mais aussi le pire ! Son caractère lui joue souvent des tours et son élimination en huitièmes de finale, elle le doit en grande partie à son manque de concentration. Dès le premier tour, elle craque. S’emporte. Contre qui ? Contre elle-même ? Non. Contre cette partie du court "pourrie", qui l’avait tant contrarié. Cela ne l’empêchera pas de s’imposer en trois sets (4-6, 6-4, 6-1), face à l’Italienne Roberta Vinci.

12. La « kilt-interview »

Pour son 2e tour, Andy Murray a connu quelques difficultés en concédant la seconde manche au Portugais Joao Sousa, avant de se reprendre et de l’emporter en quatre sets. Mais l’image la plus surprenante de cette partie, c’est bel et bien l’interview d’après match. L’Écossais a en effet répondu aux questions de Fabrice Santoro… vêtu d’un kilt ! Pourquoi pas…

13. Partie de jongles improvisée

Grande révélation du Tournoi chez les femmes, la Suissesse Timea Bacsinszky a régalé le public de la Porte d’Auteuil par son talent évidemment, mais aussi par sa bonne humeur communicative… Et ses qualités de jongleuse ! Belle rigolade encore une fois sur le Lenglen…

14. Quand Guy Forget abandonne son acolyte Henri Leconte…

Comme à son habitude, le Trophée des Légendes a offert quelques perles drôlissimes au public Parisien… Et évidemment, à l’instar de Mansour Bahrami, les Français Guy Forget et Henri Leconte ont fait le show… Alors que Mikael Pernfors et Mats Wilander pilonnent Leconte. Guy Forget à ses côtés ne voit pas la balle et décide alors d’aller s’asseoir sur le banc tranquillement, tandis que son compère, abandonné, finit par perdre le point.

15. La terre battue parisienne était-elle instable pour Ana Ivanovic ?

Décidément, Ana Ivanovic apprivoise mal l’ocre du court Philippe Chatrier ! À deux reprises et au même endroit pour être exact, la belle Ana Ivanovic s’est retrouvé par terre ! Heureusement, sans gravité à chaque fois…