Richard Gasquet
Richard Gasquet | JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Un Roland-Garros de nouveau corsé pour Richard Gasquet

Publié le , modifié le

Richard Gasquet (N.9) va passer un premier test instructif contre Thomaz Bellucci (39e) ce lundi à Roland-Garros. Le Français, qui n’a jamais dépassé les huitièmes de finales Porte d’Auteuil, sait qu’il devra déjà évoluer à un bon niveau pour désarçonner le Brésilien, premier joueur depuis Federer à avoir collé un 6-0 à Novak Djokovic (à Rome il y a 10 jours malgré la défaite).

Richard Gasquet n’a jamais eu de réussite dans son tournoi fétiche. Depuis 2002, date de son premier Roland-Garros (défaite contre le futur vainqueur Albert Costa, à 16 ans), jusqu’à cette année où il a probablement hérité du pire tirage pour une tête de série aussi élevée, le Biterrois n’a jamais bénéficié d’un tableau facile pour aller plus loin que le lundi de la deuxième semaine.

Le regret de 2010

Des parcours relevés, par contre, il en a eu à foison. Tomber rapidement sur David Nalbandian (1er en 2004, 2e tour en 2006) ou sur Rafael Nadal (3e tour en 2005) entre 19 et 20 ans alors qu’il était en pleine progression n’a rien d’infamant. S’incliner contre le Belge Kristof Vliegen dès le 2e tour en 2007, alors que Gasquet réalisait une belle saison, l’était davantage. D’autant que le Languedocien manquera les deux éditions suivantes (blessure au genou puis affaire de la cocaïne).

Gasquet effectue son retour à Paris en 2010. Vainqueur au forceps de Fernando Verdasco en finale du tournoi de Nice la semaine précédent le French, il est victime d’une mauvaise programmation, les organisateurs décidant de le faire débuter le lundi au lieu de lui laisser 24h de plus pour récupérer. Il lui manquera le coup de rein nécessaire pour conclure son 1er tour face à Andy Murray après avoir pourtant mené deux sets à rien (6-4, 7-6(5), 4-6, 2-6, 1-6).

Combat de gladiateurs face à Wawrinka

En 2011, l’ancien numéro 7 mondial s’incline sévèrement contre Novak Djokovic. Puis il subi la loi d’un Murray très costaud en 2012, toujours en huitièmes. Mais en 2013, il passe tout près d’une grosse performance en se faisant de nouveau remonter, par Stan Wawrinka cette fois, non sans avoir gâché de nombreuses occasions dont un passing croisé qui lui aurait offert le break au 5e (7-6(5), 6-4, 4-6, 5-7, 6-8). Un huitième de près de cinq heures d’une qualité incroyable qui a montré au public que Richard cœur de lion était un grand combattant en plus d’être un pur talent.

Il y a deux ans, Gasquet échouait contre un très solide Verdasco au 3e tour. Et l’an dernier, il ne pouvait pas grand-chose contre le numéro 1 mondial serbe, intraitable. Cette fois, s’il passe ce premier tour piège contre Bellucci, le demi-finaliste de Wimbledon 2015 devra se coltiner Sam Querrey (a priori) puis Nick Kyrgios et Kei Nishikori avant un quart éventuel face à Murray.

Un parcours du combattant qui ne laisse rien présager de bon d’autant que le Français n’évolue plus à son meilleur niveau en 2016 (victoire à Montpellier mais forfaits à Melbourne et à Barcelone (dos), 2e tour contre Lucas Pouille à Monte Carlo, échecs contre Nishikori à Madrid et Rome). Le talent devra compenser l’état de forme.