Rafael Nadal
L'Espagnol Rafael Nadal | AFP - MIGUEL MEDINA

Un Nadal express pour ouvrir sa quinzaine

Publié le , modifié le

Rafael Nadal n'a mis que 1h15 pour passer le 1er tour aux dépens de l'Australien Groth. 6-1, 6-1, 6-1, le score est sévère, à la hauteur de la différence entre l'ancien N.1 mondial et 100e à l'ATP. Pour conquérir un dixième titre à Roland-Garros, l'Espagnol a décidé de ne pas perdre de temps. Ni sur le court ni ailleurs.

Il a le visage fermé, le regard plongé dans son portable. Rafael Nadal n'affiche pas forcément la mine habituelle d'un joueur qui vient de remporter haut la main son match. A quelques jours de son 30e anniversaire, l'Espagnol n'est pas là pour rigoler. Sam Groth s'en est rendu compte quelques minutes avant sur le court Suzanne-Lenglen. Balayé, l'Australien n'a rien pu faire.

"Je me sens bien, j'ai réussi une bonne entame de tournoi. Aujourd'hui, les choses les plus importantes que j'avais à faire, je les ai bien faites, notamment au retour, j'étais bon. Je n'ai pas commis beaucoup d'erreurs. C'est vrai que mon adversaire joue mieux sur les surfaces rapides, mais en règle générale, j'ai fait preuve de solidité." En conférence de presse, l'analyse du N.5 mondial se fait précise, concise. Un journaliste lui demande si le 10e titre n'est plus très loin, il lance un regard noir et répond: "Pas de réponse ! Je ne peux pas vous répondre. L'heure n'est pas venue de parler de cela." Le soutien du public: "Il n'y a rien de nouveau. Ca me fait plaisir de jouer en France, notamment à Roland Garros. Je peux toujours ressentir l'appui du public ici. C'est une sensation très agréable. Roland Garros, c'est l'endroit le plus important de ma carrière, et donc ressentir l'appui du public, c'est quelque chose de très spécial." Avantage ou inconvénient d'avoir disputé un premier match aussi court ? "Le plus important, c'est d'avoir remporté la victoire et d’être en deuxième tour ! Voilà ce qui compte !"

En moins de quinze minutes, il répond en anglais, en espagnol puis en majorquin. Sa casquette blanche vissée sur la tête, il ne perd pas de temps. Pour s'être imposé déjà neuf fois à Paris, Rafael Nadal sait que chaque seconde est importante. Après avoir échoué ces deux dernières saisons dans la quête d'un dixième sacre, il ne laisse rien au hasard. Son prochain adversaire, l'Argentin Bagnis, est prévenu.

Vidéo: Le coup du jour, oeuvre de Nadal

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze