Murray Roland Garros
Andy Murray, concentré sur la balle. | AFP

Un Murray aux deux visages file en quarts

Publié le , modifié le

Pour se qualifier pour les quarts de finale, Andy Murray devait battre le géant des courts, John Isner. Du haut de ses 2m06, le joueur américain a donné du fil à retordre au numéro 2 mondial, qui s’impose finalement en trois sets (7-6, 6-4, 6-3) après avoir bataillé, puis dominé en 2h41 de jeu.

Décidément, Andy Murray ne connaît pas une entame de tournoi idéale, et a montré deux visages bien différents sur le Court Suzanne Lenglen. Le Britannique a bataillé dur dans la première manche face à John Isner, aucun des deux ne parvenant à faire réellement la différence. Murray, qui a joué deux matches à cinq sets depuis le début du tournoi, ne réussit pas à se montrer aussi serein que lors de son troisième tour face à Karlovic. Le dauphin de Djokovic au classement ATP se montre même provocateur et se voit hué par le public. Murray parvient finalement à empocher le premier set, au panache, à l’issue d’un long tie-break (11/9).

L’interruption du match pour cause de pluie trop importante marque le tournant de la rencontre. Le Britannique retrouve sa force et son surtout son jeu, ce qui lui permet de remporter la seconde manche assez aisément, en profitant des fautes directes commises par Isner (déjà 36 par l’Américain) pour s’imposer 6-4.

D’entrée de jeu, Murray fait le break dans ce troisième set. Son adversaire, géant de 2m06, craque à nouveau et se fait même surprendre par un lob sublime du Britannique. Isner multiplie les fautes directes. L’ancien vainqueur de Wimbledon s’impose finalement 6-3, au terme d’une manche marquée par un grand nombre de fautes. Le Britannique conclut le match par un ace, histoire de finir en beauté une rencontre mal embarquée. Mais le voilà désormais qualifié pour les quarts de finale.

Andy Murray a montré deux visages cette semaine. Celui d’un joueur agacé, agaçant et provocant parfois, ne parvenant pas à trouver l’ouverture et mené au score. Et puis il y a le visage du numéro deux mondial, celui qui raffole du cinquième set, qui domine ses adversaires. C’est ce Murray là qui s’est qualifié après avoir bataillé face à John Isner pendant le premier set. Mais c’est ce Britannique là qui s’apprête à démarrer la deuxième semaine, où il visera forcément mieux que la demi-finale, stade de la compétition où il s’est fait éliminer ces deux dernières années.

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou