Rafael Nadal
Rafael Nadal | VALERY HACHE / AFP

A un mois de Roland-Garros, le suspense est bien maigre

Publié le , modifié le

A l’aube de la quinzaine parisienne, un seul homme marche sur l’eau. Après son titre facilement empoché à Monte-Carlo, Rafael Nadal a enterré la concurrence et envoyé en déprime ses plus féroces concurrents. Alors que la saison ocre ne fait que commencer, il n’y a qu’un homme sur terre.

Monte-Carlo a confirmé ce que les plus fervents défenseurs d’une adversité farouche craignaient : Rafael Nadal n’a aucun concurrent sur terre battue. Le constat est terrible, la fatalité incontestable. Tel un adulte au milieu du bac à sable, le Majorquin est un voire deux crans au dessus des autres. Ses adversaires ont un mois pour réagir. Mais aujourd’hui, personne ne semble capable de faire douter Nadal. A moins d’une blessure, l’autoroute du succès se présente devant l’Espagnol. Une autoroute sans péage.

Les outsiders annoncés ne font pas le poids

Son profil de spécialiste de la surface devait faire douter Rafael Nadal. Il est le dernier à l’avoir battu sur terre. Dominic Thiem lui a pris deux jeux en un peu plus d’une heure en demi-finale à Monte-Carlo. Autant dire que le coup de balai a été violent. L’Autrichien est redescendu de quelques étages. S’il est actuellement le meilleur spécialiste sur terre derrière Nadal, il est à des années lumière de pouvoir l’inquiéter.

Double vainqueur à Barcelone en 2014 et 2015, Kei Nishikori n’a pas fait peur à Rafael Nadal en finale de Monte-Carlo. Le Japonais a été terrassé 6-3 / 6-2 et a déploré : “Il rend tout difficile” en parlant de son bourreau du jour. En quatre confrontations sur terre-battue, Nishikori n’a pu accrocher qu’un maigre set.

5e mondial, Grigor Dimitrov a aussi été une des victimes de Rafael Nadal lors de la semaine monégasque. Le Bulgare a été le seul à lui prendre 4 jeux dans un même set. La consolation est aussi légère que l’espoir d’un exploit à Paris dans un mois.

Grigor Dimitrov, victime de Rafael Nadal en demi-finale à Monte-Carlo (6-4 / 6-1)
Grigor Dimitrov, victime de Rafael Nadal en demi-finale à Monte-Carlo (6-4 / 6-1) © Laurent Lairys / DPPI

Alexander Zverev, 20 ans, actuel 3e mondial derrière Nadal et l’autre dinosaure, Roger Federer, n’a jamais battu Rafa. Sur terre, les deux joueurs se sont affrontés deux fois. La première, à Monte-Carlo il y a un an. Zverev avait fait de la figuration (6-1 / 6-1). La seconde, il y a quelques semaines en Coupe Davis (6-1 / 6-4 / 6-4). Jamais Zverev n’a jamais titillé Nadal. Il y a peu de raisons pour que Roland-Garros remédie à cela.  

Les anciens en méforme

Du côté de Stan Wawrinka et Andy Murray, la semaine monégasque a dû provoquer quelques cauchemars. Opéré du genou l’été dernier, le Suisse devrait revenir à Madrid début mai. Récemment, il avait déclaré que “cette année sera forcément une année de transition”. Pas idéal pour renverser Nadal. En 2015 à Rome, Wawrinka avait battu Nadal sur terre. Mais Rafa n’était pas le même Rafa qu’aujourd’hui et le beau Stan avait des jambes plus vaillantes.

De son côté, l’Ecossais n’a plus joué depuis juillet dernier et une défaite face à Sam Querrey en quarts de finale à Wimbledon. Sa hanche l’a fait souffrir, elle a été opérée début janvier. Murray a repris l'entraînement il y a moins d’un mois et une arrivée en forme à Roland-Garros s’annonce délicate.

Novak Djokovic n’est pas blessé. En tout cas pas physiquement. Redescendu au 12e rang mondial après des années au sommet, le Serbe peine à retrouver son niveau de jeu de 2015. Malgré deux premiers tours prometteurs à Monte-Carlo, Djoko est tombé sur Dominic Thiem en huitièmes de finale. Il n’affiche pas la forme des heures qui ont fait sa gloire et il faudrait au moins retrouver cela pour effrayer Nadal.

Federer fait l’impasse, Del Potro le remplace ?

Qui de mieux que le numéro 2 mondial pour faire tomber le numéro 1 ? Roger Federer est revenu au top mais petit hic, il a fait l’impasse sur la saison de terre battue. Pas idéal pour venir à bout de Rafa à Roland-Garros.

Récent vainqueur du Masters 1000 d’Indian Wells, Juan Martin del Potro est peut-être l’outsider numéro 1 pour Rafael Nadal. Rarement sur pieds, souvent blessé, l’Argentin reste un gros poisson lorsqu’il est en forme. En témoigne sa victoire sur Roger Federer en final d’Indian Wells. Depuis 2013, il n’a participé qu’à une édition de Roland-Garros. C’était en l’an dernier et il s’est incliné au 3e tour face au numéro 1 mondial, Andy Murray.

Rafael Nadal a de quoi dormir sur ses deux oreilles. Vainqueur de ses 36 derniers sets disputés sur terre battue, le Majorquin a tout pour dévorer tout le monde dans un mois Porte d’Auteuil. Il poursuit dès demain à Barcelone sa route sur la surface qu’il affectionne tant. Seul sur sa planète, Nadal n’est pas près de redescendre sur Terre.

Léo de Garrigues @El2ga