Dominic Thiem
Dominic Thiem | Eric FEFERBERG / AFP

Thiem remporte le duel des espoirs face à Zverev

Publié le , modifié le

Dominic Thiem a remporté le duel des grands espoirs du tennis en dominant son cadet Alexander Zverez au 3e tour de Roland Garros (6-7, 6-3, 6-3, 6-3). L'Autrichien, qui affrontera Marcel Granollers après le forfait de Rafael Nadal en huitièmes de finale, a la route dégagée devant lui.

Ils ont beau porter tous les deux les fameuses tenues de zèbres, ce sont les carnassiers de demain. Dominic Thiem et Alexander Zverev représentent, sans trop de risques de se tromper, l'avenir du tennis mondial. L'après Big Four. Leur duel est peut-être appelé à devenir l'équivalent d'un Federer-Nadal des années 2020. Mais on n'y est pas encore, loin de là même, laissons ces jeunes pousses éclore et savourons les promesses de l'aube. D'un côté, Thiem, 22 ans et un revers à une main qui n'a presque à rien à envier à ceux de Wawrinka et Gasquet. Tant au niveau de l'esthétisme, le coup est d'une pureté cristalline, que de l'efficacité. Cette même efficacité qui a permis à l'Autrichien de remporter 38 victoires cette année, soit juste une de moins qu'un certain Novak Djokovic. Cela pose son homme. Tout comme le fait d'avoir battu Nadal à Buenos Aires ou Federer à Rome...

Le revers de Thiem en vidéo : 

Alexander Zverev, trois ans plus jeune que son adversaire, est encore en phase de maturation. Le grand rival dans la tranche d'âge de l'Allemand d'origine russe s'appelle Borna Coric tandis que Thiem, lui, navigue plus dans les eaux de Nick Kyrgios (21 ans). Il n'empêche, Zverev n'a sûrement que faire de ces notions d'espoir et de relève, lui veut régner sur le tennis, point barre. "Il est le futur numéro 1 mondial" dit de lui Rafael Nadal. Le temps dira si l'Espagnol a vu juste mais s'il n'implose pas en vol pour rejoindre les espoirs déçus du tennis (Krickstein, Philipousis ou Young pour ne citer que les exemples les plus patents), l'Allemand possède quelques sacrés arguments pour donner raison à Nadal. Un service qui tombe d'1m98, un coup droit qui claque comme un fouet, Zverev est le prototype du joueur moderne. 

Droit d'aînesse

Amis en dehors des courts, les deux jeunes hommes se sont déjà affrontés deux fois cette année, Thiem ayant fait respecter le droit d'aînesse en demi-finale de Munich et en finale de Nice. Mais, à chaque fois l'affrontement fut serré, comme un augure de ce que pourrait devenir leurs duels dans les années à venir, c'est à dire un classique. "C’est sûr, dit l’Autrichien. A Munich, on a parlé de ça, on s’est dit que ça allait peut-être devenir une belle rivalité. Ça a sans doute déjà commencé en fait". 

Si elle est effectivement amenée à se produire souvent, cette rivalité a de nouveau penché en faveur de l'aîné. Après une mise en jambes difficile, où il manqua notamment la conversion de trois balles de break à 5-5 avant de déjouer dans le tie-break, l'Autrichien a su hausser le ton pour se faire respecter. En coupant son revers plus que d'habitude, il a empêché son adversaire de s'appuyer sur le poids de sa balle avant de souvent prendre sa grande carcasse à contrepied. Une tactique bien au point qui a malmené les nerfs encore fragiles de l'Allemand, auteur de 39 fautes directes. A 19 ans, ce dernier a encore le temps devant lui. En attendant il soutiendra Thiem face à Granollers, en espérant que son pote profite à fond du forfait de Nadal dans sa partie de tableau. Les demi-finales ne sont peut-être pas si loin...

La balle de match en vidéo  :

Julien Lamotte