Sofia Kenin : "Utiliser l'expérience de ma finale du Grand chelem en Australie comme un atout"

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Sofia Kenin
La joie de Sofia Kenin après sa qualification pour sa première finale à Roland-Garros. | Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après sa qualification pour la finale de Roland-Garros face à Petra Kvitova ce jeudi, l'Américaine Sofia Kenin est revenue sur sa victoire et sa deuxième finale en Grand chelem cette année. Elle a aussi évoqué sa prochaine adversaire, Iga Swiatek, qui est la révélation de ce Roland-Garros. La tête de série numéro 4 a d'ailleurs confié qu'elle comptait bien profiter de son expérience acquise en Australie pour aller chercher ce deuxième titre du Grand chelem.

Il s'agit de votre première qualification pour la finale de Roland-Garros. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?
Sofia Kenin : "C'est tellement incroyable. Je suis tellement reconnaissante par rapport à mon niveau de jeu et comment les choses vont pour moi. Ce n'est pas facile d'arriver en finale d'un Grand Chelem, et deux fois la même année, c'est vraiment incroyable !"

Vous avez remporté votre premier Grand chelem cette année, en Australie. Est-ce que cela sera un avantage pour vous pour jouer cette deuxième finale de Grand chelem ? 
S. K. :
"Oui, je vais utiliser cette expérience comme un atout. J'ai déjà été en finale de Grand chelem. Je l’ai fait. Je l’ai surmontée. Je connais les émotions d'être dans une première finale de Grand Chelem. Je sais à quoi m'attendre. J'espère que ça va bien fonctionner pour moi."

Il y a quatre ans, vous avez déjà affronté Iga Swiatek, en junior. Vous vous en rappelez ?
S. K. : "Je me rappelle que j'ai perdu mais je ne me rappelle pas de la manière dont j'ai joué. Je n'étais pas aussi à l'aise que maintenant sur la terre battue. J'ai commencé à m'y sentir bien l'an dernier. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé lors de ce match, peut-être que j'ai perdu 6-4, 6-4. Elle a bien joué ce match. Nous sommes des joueuses différentes maintenant. Elle a fait d'excellents résultats. Elle a joué un excellent tennis. Je sais que je joue bien aussi. Je vais profiter aujourd'hui et me préparer vendredi pour samedi."

à voir aussi Roland-Garros : Kenin domine Kvitova et rejoint la finale Roland-Garros : Kenin domine Kvitova et rejoint la finale

Vous aviez confié dans une interview qu'avant de battre Serena Williams au troisième tour de Roland-Garros en 2019, vous n'aimiez "pas du tout la terre battue". Est-ce qu'il y a eu un avant et un après ce match-ci ? 
S. K. : "Avant mon match contre Serena, j'avais joué deux bons premiers matches, mais je n'aimais pas du tout la terre battue. En juniors déjà, ce n'était pas ma meilleure surface, j'avais l'impression de manquer de puissance, je n'arrivais pas à contrôler les points, je ne bougeais pas très bien. C'était un peu une bataille pour moi. Battre Serena, ça m'a donné un surplus de confiance."

"Après le covid, il a fallu du temps pour que je retrouve ma motivation"

Si vous deviez mentionner un aspect de votre jeu, qui a été l'élément-clé afin de vous hisser vers le sommet, que diriez-vous ? 
S. K. : "En tant que personne, bien sûr, mon jeu s'est amélioré. J'ai beaucoup travaillé. Je pense que mon état d'esprit a beaucoup changé. En tant que personne, j'ai davantage pris confiance en moi, surtout avec l'expérience en Grands Chelems. Voilà c'est un peu des deux, mais en tant que personne j'ai bien sûr progressé."

Après votre victoire à l'Open d'Australie, vous avez changé de dimension. Mais avec la pandémie, cela a dû être difficile parce que vous ne pouviez pas vraiment vous déplacer et voyager. Est-ce que cela a été une déception, finalement pour vous, cette année ?
S. K. : "Oui, c'était très perturbant. J'ai gagné un Grand Chelem et, bien sûr, on s'attend à recevoir plus d'attention, des contrats, etc., mais à cause de la pandémie, tout s’est arrêté. Presque tout a été mis en pause et c'était vraiment très décevant mais, comme je l'ai dit dans des conférences de presse précédentes, je n'avais pas la motivation à ce moment-là, quand tout était fermé et tout était arrêté. Il a fallu du temps pour que je retrouve ma motivation. Finalement, je l'ai retrouvée et maintenant je joue mon meilleur tennis. J'ai très bien joué en Australie et maintenant je joue aussi bien et peut-être mieux. Je ne peux donc pas me plaindre de comment la situation a évolué pour moi. Je suis donc très reconnaissante."

France tv sport francetvsport