Gilles Simon Roland-Garros 2015
Gilles Simon s'arrête en huitième de finale de Roland-Garros. | PATRICK KOVARIK / AFP

Simon n'a pas fait le poids

Publié le , modifié le

Le parcours de Gilles Simon à Roland-Garros s'est arrêté en huitième de finale dimanche. Le Français (N.12) s'est lourdement incliné contre Stan Wawrinka (N.8), cédant en trois manches (6-1, 6-4, 6-2) et même pas deux heures de jeu (1h51' précisément). Le Niçois ne disputera pas un premier quart à la Porte d'Auteuil dans sa carrière, alors que le Suisse attend l'identité de son prochain adversaire, qui sera Roger Federer ou Gaël Monfils. Ces deux-là en finiront de leur duel lundi.

Dans ce match à sens unique, Simon a touché ses limites du moment et payé la facture d'une préparation tronquée par un dos récalcitrant. Il n'a tout simplement jamais fait illusion face à un Wawrinka qui devait pourtant s'exprimer dans un contexte hostile. A son entrée sur le terrain, puis pendant tout l'échauffement, le Vaudois s'est fait copieusement siffler par le public du Suzanne-Lenglen. Certainement la conséquence de la plaie toujours vive dans le coeur des supporters français après la dernier finale de la Coupe Davis, lors de laquelle Wawrinka n'avait pas épargné les Bleus par presse interposée. Mais l'ambiance hostile n'a pas franchement déstabilisé le natif de Lausanne. Elle l'a même galvanisé.

VIDEO : L'entrée de Wawrinka sous les huées

34 fautes pour 10 coups gagnants : le terrible ratio de Simon

Installé dans son terrain, le 9e joueur mondial a fait ce qu'il a voulu d'un Simon bien trop tendre pour rivaliser. Le Français n'a pu mettre suffisamment de poids dans la balle pour atténuer les effets du vent sur ses frappes et a enchaîné les fautes (34 sur l'ensemble du match, pour seulement 10 coups gagnants). Wawrinka a contrôlé les débats de bout en bout, à l'image d'une première manche conclu en seulement 26 minutes. Mis sur les bons rails par cette entame idéale, le vainqueur de l'Open d'Australie 2014 a déroulé. Il avait sa proie à sa main et ne lui a laissé aucun répit, bien conscient qu'il ne fallait rien faire pour remettre son adversaire, et le public par la même occasion, dans cette partie.

VIDEO : Un échange à 27 coups

Constamment menaçant sur la mise en jeu de Simon (20 balles de break obtenues, pour 6 converties) et intraitable sur son service, Wawrinka n'a même pas eu à forcer son talent pour se hisser en quart. Ce fameux quart qui se refuse au Français en Grand Chelem depuis 2009 et sa seule apparition à ce stade de la compétition dans un tournoi majeur, à Melbourne. Simon n'avait pas les armes cette année pour aller plus loin et créer l'exploit attendu par tout un stade. Ce n'est pas une déception, il est seulement à sa place. Pour de nouveau s'inviter parmi les huit meilleurs au très haut niveau, il en faudra beaucoup plus.

Geoffrey Steines