Sharapova-Halep: la glace et le feu

Sharapova-Halep: la glace et le feu

Publié le , modifié le

La finale dames ce samedi sera une première entre la Russe Maria Sharapova et la Roumaine Simona Halep. L'expérience face à la fougue de la jeunesse. La glace contre le feu. Une opposition frontale entre deux joueuses ambitieuses. Sharapova qui a déjà tout gagné mais n'est pas encore rassasiée et Halep qui a connu une progression tellement rapide qu'elle ne veut pas attendre davantage pour entrer vraiment dans la cour des grandes.

Sharapova au mental

La notoriété de Maria Sharapova, 27 ans, est désormais faite. Titrée en 2012 aux Internationaux de France, finaliste pour la troisième année consécutive, la "Tsarine" est une immense vedette sur le court et en dehors. Elle fait partie des sept joueuses, jusqu'ici, qui ont remporté tous les tournois du Grand Chelem. Elle s'est imposée à Wimbledon en 2004 à seulement 17 ans, puis à l'US Open (2006), à l'Open d'Australie (2008) et sur la terre battue parisienne, il y a donc deux ans.

Également icône publicitaire et femme d'affaires, la Russe n'en a pas pour autant fini avec le tennis bien au contraire. Elle s'est battue pied à pied au fil des tours pour obtenir une nouvelle finale et à la clé un nouveau titre. Même si elle a dû batailler pour se frayer un chemin jusqu'en finale, puisant dans ses ressources mentales pour faire chuter successivement la trentenaire australienne Samantha Stosur en huitième, l'Espagnole Garbine Muguruza et la Canadienne Eugenie Bouchard, en quart et en demie. Chaque fois qu'elle a été malmenée, elle a refusé d'abandonner le combat et s'en est sortie grâce précisément à sa volonté.

Halep au galop

Voilà donc Simona Halep prévenue. Si elle ne montre guère ses émotions, la Russe possède des ressources insoupçonnées à l'intérieur. La Roumaine en a déjà fait les frais face à la Russe à Madrid. Elle a justement envie de prendre sa revanche et de se faire un nom. Halep , qui dispute sa première finale en Grand Chelem, est en effet une nouvelle venue pour le grand public, incarnant à 22 ans l'avenir du tennis féminin. Sa trajectoire fulgurante a consolidé sa réputation. En l'espace d'un an, la joueuse de Constanza, sur les bords de la mer Noire, a fait un énorme bond au classement, passant du 57e au 4e rang mondial. Elle sera même assurée de pointer à la troisième place, quel que soit le résultat de la finale.

Tacticienne hors pair sur les courts, la Roumaine, qui construit ses points en usant ses adversaires, a remporté la bagatelle de sept titres en treize mois. Quart de finaliste à l'Open d'Australie, elle a avancé à Roland-Garros à la manière d'un rouleau compresseur, ne concédant pas le moindre set, et ne laissant filer que 30 jeux (5 par match en moyenne). La Roumaine est explosive avec du caractère, ce qui devrait plaire au public du court central.

Opposition de styles

Entre la Russe, cogneuse de fond de court, et la Roumaine, travailleuse infatigable variant bien les angles, la confrontation s'annonce palpitante. Halep espère marcher sur les traces de son manager, Virginia Ruzici, seule Roumaine à s'être imposée à Roland-Garros jusqu'ici. C'était en 1978. Quant à Sharapova, l'emporter une deuxième fois à Paris ne serait pas pour lui déplaire.

Vidéo : la qualification de Halep pour la finale

Vidéo : la qualification de Sharapova

Christian Grégoire