Lucie Safarova
Lucie Safarova | AFP

Safarova renverse Ivanovic pour une première finale

Publié le , modifié le

Lucie Safarova s'est qualifiée pour la première fois de sa carrière pour une finale de Grand Chelem, à Roland-Garros, en prenant la mesure d'Ana Ivanovic en 1h52. Pourtant malmenée en début de partie par la Serbe, la Tchèque a inversé la tendance pour l'emporter en deux manches sur sa troisième balle de match 7-5, 7-5. La tête de série N.13 retrouvera en finale de ces Internationaux de France, soit l'Américaine Serena Williams, soit la Suissesse Timea Bacsinszky.

"C'est un rêve devenu réalité, je n'arrive pas à y croire. J'ai démarré un peu lentement , mais j'ai essayé de maintenir mon niveau de jeu, et j'ai essayé de me montrer plus agressive", a lâché après sa victoire Safarova. Cette demi-finale avait pourtant bien mal débuté pour la Tchèque, qui participait à sa deuxième demi-finale en Grand Chelem après Wimbledon 2014. En face, la lauréate de l'édition 2008 se posait moins de questions et prenait rapidement l'avantage sur son adversaire. Le puissant coup droit de l'ancienne N.1 mondiale, associé à un service impeccable, perturbait grandement la tête de série N.13. Ivanovic menait 3-0 sans trop de mal, et profitait du vent pour dégainer quelques services surpuissants. Mais la Serbe tardait à conclure cette première manche, et commençait à se dérégler peu à peu, notamment sur son service. Malgré tout, elle menait 5-2 face à la tombeuse de Maria Sharapova (tenante du titre), et pensait tenir le bon bout de cette rencontre sous les yeux de son compagnon, Bastian Schweinsteiger.

Vidéo: Safarova se met en place 

Et le vent tourna

Mais comme le vent capricieux de ce début d’après-midi, le match allait basculer. Consciente qu’elle n’avait plus rien à perdre et sans doute libérée de la pression, la Tchèque se montrait plus agressive, prenant volontiers l’initiative lors des échanges. Profitant de son coup droit dévastateur, la gauchère faisait flancher Ivanovic sur son revers, et peinait à tenir la distance. Moins à l’aise sur son service, plus nerveuse aussi, Ivanovic s’y reprenait souvent à deux fois avant de lancer correctement sa balle au service. Devant un Court Central plein et baignant dans un radieux soleil, Safarova revenait à 5-3, puis 5-4 et enfin 5-5. Tout était à refaire pour la Serbe qui prenait conscience que le match lui échappait doucement. Elle commettait d’ailleurs une faute improbable au filet, alors que le court lui était grand ouvert, et qu’elle n’avait plus qu’ à déposer la balle… Finalement, Safarova remportait ce premier set 7-5 après 45 minutes.

L'expérience n'a pas suffi

Alors qu’elle n’avait jusqu’à présent pas fait mieux qu’un huitième de finale du côté de la Porte d’Auteuil, la Tchèque sentait qu’elle tenait la clé de cette rencontre. Impériale sur les retours de service, Safarova s’évertuait à maintenir une cadence élevée lors des longs échanges, car son adversaire semblait physiquement moins au point. Sur une énième faute directe en revers, Ivanovic se voyait breakée (1-2), et la Tchèque prenait cette fois d’emblée l’ascendant, confirmant sur un jeu blanc pour mener 3-1. Le jeu s’équilibrait mais la native de Brno gardait son avantage, et allait se procurer une première balle de match à 5-4. A l’expérience, la Serbe s’en sortait. La tension se ressentait jusqu’en tribunes, mais au final, Safarova triomphait en 1h52 en s’imposant 7-5, 7-5. Radieuse, elle avait encore un peu du mal à réaliser sa performance. "C'est incroyable, merci Paris", concluait-elle en français dans le texte.

Vidéo : Safarova a le dernier mot 

Romain Bonte