Roland-Garros : Rafael Nadal, monstre de stats

Publié le , modifié le

Auteur·e : Clément Pons
Rafael Nadal.

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après son succès contre son meilleur ennemi Roger Federer vendredi, Rafael Nadal est de nouveau en finale de Roland-Garros. Tout sauf une surprise pour le maître des lieux depuis plus d'une dizaine d'années. Le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue continue de soigner ses stats saison après saison sur la surface ocre. Petite compilation des chiffres les plus marquants de "l'ogre Rafa".

C'est un rendez-vous que les suiveurs et habitués du tournoi Porte d'Auteuil connaissent bien. Depuis 2005, ils retrouvent toujours ou presque le même homme sur le court Philippe-Chatrier quand arrive le deuxième dimanche de juin. Cette édition 2019 de Roland-Garros ne fera pas exception. Rafael Nadal sera une nouvelle fois dans son jardin face à Dominic Thiem. L'occasion rêvée pour le plus grand joueur de tous les temps sur terre battue de venir parfaire des statistiques irréelles sur la surface ocre, dont voici un petit florilège.

100% de victoires en finale de Roland... jusqu'à présent

Commençons simplement. En s'imposant face à Roger Federer vendredi en demi-finale, le Majorquin a validé son billet pour la finale de Roland pour la 12e fois. Un record dans un même Grand Chelem - qu'il détient à égalité avec Martina Navratilova (12 à Wimbledon). Surtout, lors de ses 11 précédentes finales, "Rafa" n'a jamais flanché avec 11 victoires au compteur. 100% de réussite jusqu'à présent donc. Reste à savoir si le joueur le plus titré de l'histoire dans le Grand Chelem parisien continuera à soigner cette stat. En tout cas, son adversaire connaît - bien évidemment - l'ampleur de l'exploit qu'il devra accomplir.

à voir aussi Rafael Nadal : "Incroyable de jouer avec Roger" Rafael Nadal : "Incroyable de jouer avec Roger" Vidéo 01:41

Quand ça commence bien, ça finit bien

Depuis le début de la quinzaine, Rafael Nadal s'applique à particulièrement bien débuté ses matchs. Lors de chacune de ses rencontres, que ce soit contre Yannick Hanfmann (1er tour), Yannick Maden (2e tour), David Goffin (3e tour), Juan Ignacio Londero (8e de finale), Kei Nishikori (quart de finale) ou Roger Federer (demi-finale), l'Espagnol a breaké d'entrée son adversaire. De quoi se mettre sur de bons rails pour envisager la victoire. D'autant plus quand on sait que, depuis les débuts de Nadal sur terre battue, celui-ci n'a jamais perdu un match en trois sets gagnants en ayant remporté la première manche. Cela concerne évidemment le tournoi de Roland-Garros, mais aussi les Masters de Madrid et de Rome, dont les finales se disputaient au meilleur des trois sets jusqu'en 2006 (apparition depuis du super tie-break dans la 3e manche).

Monsieur 92% de victoires sur terre battue

C'est peut-être la statistique la plus affolante quand on parle de Rafael Nadal et de la surface ocre. Celle qui retient le plus l'attention et laisse sans voix. Le recordman du nombre de titres à Roland-Garros (11) affiche un pourcentage de victoires statosphérique sur terre battue. Depuis le début de sa carrière, "le taureau de Manacor" remporte 92% de ses rencontres sur la surface (436 victoires pour 39 défaites). La statistique sur l'unique tournoi parisien monte à 98% (94 matchs, 92 victoires pour 2 défaites (son abandon en 2016 n'est pas comptabilisé)). Une fois encore, personne n'a jamais fait mieux que lui.

à voir aussi Roger Federer : "Je ne sais même pas avec qui m'entraîner pour me préparer contre Nadal" Roger Federer : "Je ne sais même pas avec qui m'entraîner pour me préparer contre Nadal"

"Rafa" dans le top 5 des doyens en finale de Roland-Garros 

En atteignant la finale de "son" Grand Chelem, Rafael Nadal est entré directement dans le top 5 des plus vieux finalistes de Roland-Garros depuis le début de l'ère Open (1968). Et s'il l'emporte ce dimanche face à Dominic Thiem, l'Espagnol grimperait même de deux places supplémentaires pour, avec ses 33 ans et 6 jours, se hisser à la troisième position du plus vieux vainqueur du tournoi parisien. Seuls Ken Rosewall (vainqueur face à Rod Laver en 1968 à l'âge de 33 ans et 220 jours) et Andrés Gimeno (vainqueur de Patrick Poisy en 1972 à 34 ans et 306 jours) le précéderait alors. Jusqu'à l'année prochaine ?