La rage de Nicolas Mahut
La rage de Nicolas Mahut | AFP - Christophe ARCHAMBAULT

Roland-Garros: Nicolas Mahut renverse Cecchinato pour prolonger son aventure à Paris

Publié le , modifié le

A 37 ans, Nicolas Mahut dispute sans doute son dernier Roland-Garros. Opposé au 1er tour à la révélation de 2018, Marco Cecchinato (N.16), le Français a fait de la résistance sur une surface qui est loin d'être sa préférée. Dans une opposition de style, il a retourné la situation. Sur le nouveau court Simonne-Mathieu, du nom d'une résistante, il a remonté deux sets de retard pour s'imposer 2-6, 6-7 (6/8), 6-4, 6-2, 6-4. C'est la 3e fois de sa carrière qu'il réalise une telle performance. Son plus grand exploit à Paris.

Un hommage par l'action. Du caractère, du jeu offensif qui sied aux joueurs de double, et un exploit. Quelques minutes après l'inauguration officielle du court Simonne-Mathieu, Nicolas Mahut a décidé de rendre hommage à la femme qui a donné son nom à ce tout nouveau court de Roland-Garros.

Joueuse de tennis mais également résistante durant la Deuxième Guerre Mondiale, Simonne Mathieu est la seule de l'Histoire à avoir remporté le triplé: simple dames, double dames et double mixte en 1938. Femme de caractère, de défi, c'était une combattante dans l'âme. Qui mieux que Nicolas Mahut pouvait se rappeler à son souvenir ? Qui mieux que ce joueur de double de premier plan, vainqueur l'an dernier de Roland-Garros, pouvait créer le premier exploit de l'histoire sur ce terrain en simple ? 

Cecchinato refroidit Mahut

à voir aussi Roland-Garros : Simonne Mathieu, l'âme d'une combattante Roland-Garros : Simonne Mathieu, l'âme d'une combattante

Opposé à la révélation de l'année 2018, Marco Cecchinato (N.16), le 253e mondial a honoré de très belle manière l'invitation reçue pour ce qui est sans doute son dernier Roland-Garros. Sur ce court semi-enterré situé au milieu des Serres d'Auteuil, le Parisien a vu son espoir s'enliser après un premier set à sens unique (6-2), puis un deuxième lâché au jeu décisif (8/6). 

Aucune victoire sur terre cette saison

Avec son classement bien éloigné de son plus haut (37e mondial en 2014), Mahut n'a plus de chemin ouvert dans les tournois. Pour préparer son 18e Roland-Garros, il s'est contenté d'aller à Bordeaux, sur le Challenger, où il a été sorti d'entrée par Tipsarevic. Après deux manches pour se chauffer et prendre son rythme, le diesel du trentenaire a trouvé la bonne carburation. Un break pour prendre le large, mais l'Italien recollait (4-3) dans la 3e manche. Avec le soutien du public, le Français décrochait cette 3e manche de survie (6-4).

Sur sa lancée, portée par la liesse populaire et par son jeu toujours tourné vers le filet, le joueur de l'équipe de France de Coupe Davis enchaînait avec un 4e set totalement à son avantage (6-2). Et si le kiné venait soulager son dos, soumis à rude épreuve par ces 2h30 de combat, Nicolas Mahut poursuivait la bataille de Paris.

Mahut revient fort

Au fameux 7e jeu, celui qui fait souvent pencher la balance dans le camp du relanceur, Nicolas Mahut s'échinait à ne pas baisser les bras. Des balles de break, un jeu qui dure 12 minutes, mais il gardait la main pour continuer la course en tête (4-3). Et à 5-4, sur le service du Transalpin, il menait 0-40. Trois balles de match. La deuxième sera la bonne, avec un revers boisé de Cecchinato, qui sortait des limites, après 3h18 de jeu.

Huit ans après sa dernière remontée similaire (à l'US Open 2011), il a remonté deux manches de retard pour la 3e fois de sa carrière, pour renverser un prétendant à la dernière semaine. 

L'exploit de Mahut

La tête dans les mains, Nicolas Mahut n'y croyait pas. C'est le plus bel exploit de sa carrière sur la terre battue parisienne. Sa retraite des terrains n'est vraiment pas pour tout de suite. Vainqueur pour la première fois de sa carrière de Roland-Garros en double hommes l'année passée, il a encore une belle histoire à écrire.

"J'ai joué ce match comme si c'était le dernier"