Roland-Garros - Nicolas Mahut : "Je n'ai jamais aussi bien joué sur terre"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Nicolas Mahut : "Je n'ai jamais aussi bien joué sur terre"

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Vainqueur héroïque de Marco Cecchinato au premier tour, puis de Philipp Kohlschreiber en trois sets nets, le Français réalise un Roland-Garros exceptionnel. A l'entraînement ce mercredi, il s'est livré à France tv sport sur son état d'esprit à la veille de son troisième tour.

Vous vous réveillez ce matin, vous êtes au 3e tour de Roland-Garros, soit votre meilleur résultat en carrière, à 37 ans. Quel est votre premier sentiment ?
Nicolas Mahut
: Pour l'instant , tout s'enchaîne. Il y a l'euphorie bien sûr, après la victoire au premier tour, puis celle face à Kohlshreiber. La fierté aussi.  Tous ces sentiments-là arrivent en même temps et se bousculent. Là aujourd'hui  il fallait tout de suite se replonger sur le double.

à voir aussi Roland-Garros 2019 : Le résumé de Nicolas Mahut - Philipp Kohlschreiber Roland-Garros 2019 : Le résumé de Nicolas Mahut - Philipp Kohlschreiber Vidéo 08:59

Vous jouez ce jeudi votre premier tour de double avec Jürgen Melzer. Comment gérer votre récupération pour le simple alors que vous devez, dès le lendemain, vous concentrer sur le double ?
N.M : Il faut optimiser chaque minute. Laisser de la place pour la récupération, les soins d'après-match, le  sommeil, l'alimentation. Mon partenaire  de double m'attend depuis une semaine alors il faut aussi que je sois prêt pour lui. Mais il faut quand même gagner du temps pour récupérer le mieux possible pour mon troisième tour de demain.

à voir aussi Roland-Garros: Nicolas Mahut, l'exploit du collectif Roland-Garros: Nicolas Mahut, l'exploit du collectif

Jouez-vous en ce moment le meilleur tennis de votre carrière sur terre battue ?
N.M : Oui, je pense. J'arrive à me relâcher, ce que je n'ai jamais vraiment réussi à faire.  Ça faisait un moment que je jouais comme ça à l'entraînement, mais que je n'arrivais pas à reproduire ça en match. C'était très frustrant. Là, je le fais non seulement en match, mais en plus à Roland-Garros, ce qui est exceptionnel pour moi.