Roland-Garros : Nadal n'a pas traîné

Roland-Garros : Nadal n'a pas traîné

Publié le , modifié le

Après n’avoir fait qu’une bouchée du Français Benoît Paire, Rafael Nadal (N.4) a poursuivi sur sa lancée en éliminant, ce mercredi, sur le court Philippe Chatrier, le Néerlandais Robin Haase. San avoir à forcer son talent, l’Espagnol a décroché son billet pour le troisième tour en 1h49 de jeu et trois sets (6-1, 6-4, 6-3). Au prochain tour, il affrontera le Géorgien Nikoloz Basilashvili, vainqueur du Serbe Viktor Troicki.

Les deux joueurs se connaissent. Un peu. Robin Haase avait déjà croisé la route de Rafael Nadal à deux reprises. Et les deux oppositions (ndlr : Wimbledon 2010 et Doha 2016) s’étaient soldées par des échecs pour le Néerlandais. Ce mercredi, sous le soleil parisien, l’Espagnol a fait respecter l’adage « jamais deux sans trois ».

Solide sur son service (70%), minimisant les fautes directes (13 contre 28 pour Haase), Nadal a littéralement expédié la première manche, double breakant son adversaire du jour avant de conclure sur le score de 6-1 en 26 minutes.

Robin Haase a offert un peu plus de résistance par la suite et a fait de réels efforts pour rester au contact. Mais la différence de niveau, et notamment de puissance, a permis à l’Espagnol de réaliser un break à 2-1, avant de mener 3-1. Imposant son rythme, il a logiquement empoché la seconde manche face à un Robin Haase affichant parfois une moue dégoûtée devant tant d’aisance (6-4).

Pas de temps à perdre

La suprématie espagnole a été logiquement confirmée lors du troisième et dernier set. Ce coup-ci, Nadal a breaké le Néerlandais à 3-2. Il a ensuite mené 4-2 puis 5-3 et a fini par s’imposer sur sa première balle de match, sur une double faute de Haase. Outre sa défaite, on retiendra que le Néerlandais possède un certain sens de l'humour comme le public a pu le constater quelques minutes auparavant.

Une fois de plus, c'est une victoire nette et sans bavure qu'a signé le Majorquin. Comme face à Benoît Paire, Nadal a passé moins de deux heures sur la terre battue parisienne et se préserve ainsi pour la suite du tournoi. Prochaine étape : le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 63e joueur mondial et tombeur de Viktor Troicki au tour précédant. 

Isabelle Trancoën